SANTÉ CANCER ANTI-TRANSPIRANTS- La vérité sur les Anti-transpirants et le cancer du Sein

SANTÉ CANCER ANTI-TRANSPIRANTS La VÉRITÉ sur Anti-transpirants et le

LES ANTI-TRANSPIRANTS SONT-ILS DANGEREUX POUR LA SANTÉ ?

 

Comment fonctionnent les anti-transpirants

Les anti-transpirants, comme les déodorants, permettent d’éliminer les odeurs corporelles par la diffusion d’agents parfumants. En plus de cette fonction, ils ont la capacité de réduire la transpiration notamment au niveau des aisselles. Ceci est possible grâce à la présence des sels d’aluminium dans leur composition. En effet, ces derniers vont former une sorte de film très fin sur les glandes, permettant ainsi de limiter la transpiration momentanément. Ils sont utiles pour procurer un meilleur bien-être, surtout pour les personnes ayant des problèmes de transpiration. Les anti-transpirants agissent de façon ponctuelle, ainsi, après une certaine durée le film se résorbe et les glandes reprennent leur fonctionnement normal.

Les antitranspirants sont disponibles sous de roll-on, de stick ou de spray pour une facilité d’application. Ils sont efficaces pour empêcher la des auréoles sous les aisselles. On parle surtout des aisselles car c’est la zone où la sueur a tendance à s’accumuler. De plus, c’est l’utilisation des antitranspirants sous les aisselles qui crée le plus de polémique. Cependant, il existe également des produits compables pour les pieds. Les grands producteurs d’antitranspirant sont unanimes sur le fait que les antitranspirants ne présentent aucun danger pour la santé malgré les rumeurs dont ils font l’objet.

La majorité des anti-transpirants disponibles dans le commerce et en pharmacie utilisent des sels d’aluminium et de zirconium pour réguler la transpiration au niveau des aisselles. Bien évidemment, un produit qui bloque la transpiration, l’ennemie de millions de personnes dès que les beaux jours arrivent est révolutionnaire. Mais aussi sujet à suspicion car la transpiration est un mécanisme naturel de régulation de la température corporelle.

Le corps humain a seulement quelques zones susceptibles d’éliminer les toxines : derrière les genoux, derrière les oreilles, l’entre-jambe et les aisselles. Les toxines sont éliminées sous forme de transpiration.

Les anti-tranpirants empêchent cette transpiration donc évitent la mission corporelle d’élimination au travers des aisselles. Ces toxines ne disparaissent pas. Elles sont stockées dans les glandes lymphatiques qui se trouvent sous des bras. La plupart des cancers du sein prennent origine dans cette région. Les hommes sont moins sensibles à ce type de maladie car ils utilisent moins d’antitranspirants et surtout ils ne s’épilent pas. Le produit n’est pas en contact direct sur la peau.
Dans une revue systématique des études portant sur ce sujet, le Dr Philippa Darbre de l’université de Reading (Royaume-Uni) postule qu’«il est raisonnable de se demander si l’aluminium peut influencer le cancer du sein».

Les produits chimiques qui possèdent des actions semblables à celles des œstrogènes (hormones féminines) pourraient influencer le risque de cancer du sein. Et il existe des preuves de plus en plus nombreuses montrant que les sels d’aluminium (représentant jusqu’à 25 % de la composition d’un ) pourraient passer la barrière de la peau, pour pénétrer dans l’organisme où ils pourraient imiter l’action des œstrogènes. Et comme une mauvaise nouvelle n’arrive jamais seule, la chercheuse précise que l’aluminium n’est pas le seul métal à action oestrogénique dont on devrait se méfier : le cadmium présent dans le tabac et introduit via la fumée de cigarette pourrait également se retrouver dans les tissus mammaires pour favoriser l’apparition d’une tumeur. «Chacun de ces composés pris isolément pourrait ne pas avoir un effet très puissant mais nous avons besoin de savoir ce qu’il se passe lorsqu’un certain nombre d’entre eux agissent ensemble – et c’est ce qui pourrait avoir un effet significatif sur des maladies comme le cancer du sein» conclut le Dr Darbre.

La pierre d’Alun, d’origine naturelle est un excellent astringent et antiseptique. Elle a l’avantage de ne pas couvrir l’odeur par une autre, elle ne vous empêche pas de transpirer, elle évite tout simplement la prolifération des bactéries responsables des mauvaises odeurs, et la structure particulière des molécules fait que celles-ci ne peuvent pénétrer la peau.

lésions bénignes du sein présentent plus de risques de cancer

Agence France-Presse

Washington

Des femmes ayant certains types de lésions et grosseurs bénignes du sein ont un plus grand risque de développer un cancer des tissus mammaires, selon une étude publiée aux États-Unis.

«Notre étude a montré un lien entre certains types de lésions bénignes du sein et le développement ultérieur d’un cancer mammaire», a indiqué Lynn Hartmann, une cancérologue de la Mayo Clinic qui a dirigé cette recherche dont les résultats paraissent dans le New England Journal of Medecine du 21 juillet.

«Des femmes dont les résultats d’une biopsie indiquent l’ de cellules cancéreuses doivent néanmoins discuter avec leur médecin de la possibilité de risques accrus de cancer», a-t-elle ajouté.

Plus d’un million de femmes subissent chaque année, aux États-Unis, des biopsies d’adénomes ou de lésions du sein qui s’avèrent négatives.

Les chercheurs de la Mayo Clinic ont indiqué avoir de solides indications selon lesquelles les tumeurs bénignes les plus courantes qui ne prolifèrent pas ne présentent aucun risque de mutation cancéreuse, tant que ces femmes n’ont pas d’importants précédents familiaux.

Mais pour les et dont les cellules prolifèrent, le Dr Hartman et ses collègues, estiment que davantage de recherches sont nécessaires pour mieux comprendre le processus cellulaire aboutissant à un cancer du sein.

Pour ce faire, cette équipe de chercheurs de la Mayo travaille pour évaluer les différents risques possibles de développement de cancer, dont l’âge au moment de la biopsie négative de la lésion, les antécédents familiaux de cancer du sein et la pathologie de la lésion bénigne, a-t-elle précisé dans un communiqué.

«Notre but est d’améliorer les prévisions de risques de cancer pour les femmes ayant différentes formes de tumeurs bénignes», a ajouté le Dr Hartmann.

La recherche a été conduite sur 9087 femmes de 18 à 85 ans ayant eu une biopsie négative de lésion du sein durant une période de 25 ans allant du 1er janvier 1967 au 31 décembre 1991.

Les informations concernant les antécédents familiaux ont été obtenus durant la période d’observation et dans les réponses aux questionnaires contenus dans les dossiers médicaux des femmes ayant participé à cette étude conservés à la Mayo Clinic de Rochester.

Monat Global Soins Capillaires Naturel Repousse et Anti Chute des Cheveux