MONAT SOINS REPOUSSE des CHEVEUX QUEBEC CANADA – USA – FRANÇAIS – PRODUITS de SANTÉ CAPILLAIRE – Produits Naturels et Végétaliens.

MONAT SOINS REPOUSSE des CHEVEUX CANADA – QUEBEC – USA – FRANÇAIS –
SOINS SANTÉ de Repousse Capillaires et Antichute des Cheveux pour Hommes et Femmes.

Nous sommes très fière de vous proposer 70 produits et soins Anti-âge Capillaires Scientifiquement Prouvés.
Tous les Produits MONAT sont formules pour aider la repousse des cheveux et freiner la chute avec des ingrédients 100% Naturels de très haute qualité et NON testés sur les animaux « VEGETALIENS »


Des conseils et/ou une Analyse capillaire?
Contactez-moi Monique Toubeix au 514-792-028.
Je vous aide avec vos préoccupations ou problèmes capillaires.

POURQUOI les SOINS MONAT FAVORISENT la REPOUSSE des CHEVEUX?

SAVIEZ-VOUS QUE… Les cheveux vieillissent tout comme la peau?

MONAT SOINS des CHEVEUX CANADA QUEBEC – USA



MONAT est reconnu pour favoriser la repousse capillaire et ralentir la chute de cheveux!





Comment?

En débarrassant le cuir chevelu des toxines accumulées avec le temps en utilisant des produits doux et naturels.
Les nouveaux cheveux stagnant dans notre cuir cheveux vont se libérer de cette couche obstruant les pores épidermique.
Ce qui aidera les nouvelles pousses à croitre plus rapidement dans un environnement sain.
Les cheveux sont plus forts, brillants et plus denses.

La clé no1 du Succès de MONAT est L’huile Rejuveniqe!

MONAT SOINS REPOUSSE des CHEVEUX CANADA – QUEBEC – USA – FRANÇAIS.
Devenue la compagnie no1 Mondiale en 2022 dans le secteur des soins Naturels ANTI-AGE capillaires, performances surpassant toutes les autres!

Monat Remporte en 2018 le Grand Prix beauté « Bravo » pour le traitement pré shampooing avec l’extraordinaire HUILE REJUVENIQE. 

2019- 1er PRIX BEAUTÉ « L’huile Rejuveniqe » Monat

1er Prix Beauté 2019 L’huile Rejuveniqe de Monat

L’HUILE REJUVENIQE (Brevet Déposé)
Faite à partir d’huile d’Abyssinie, elle nourrit et stimule le cuir chevelu avec plus de 13 huiles végétales et huiles essentielles naturelles riches en acide oméga gras, en antioxydant et en nutriments. C’est une huile que seul Monat détient, elle favorise la repousse des cheveux. Elle est compatible avec la peau et les cheveux.

L’huile intensive REJUVENIQE est si pure et polyvalente qu’elle peut être utilisée de plusieurs façons pour améliorer l’état de la peau et des cheveux!

Voici Les 4 ingrédients clés que contiennent tous les produits MONAT qui aide à la repousse des cheveux!


Le CAPIXYL 

Ajouté en petite et moyenne dose dans tous les shampoings Monat. Les traitements, les masques en contiennent.

PROCATALINE 
Extrait de pois. Source riche de métabolites secondaires, fourni des nutriments sains pour favoriser la croissance des cheveux.
La procataline réduit la production de l’hormone (DHT) qui contribue à la perte de cheveux.
Elle possède des antioxydants puissants pour lutter contre l’amincissement prématuré.
Protège la couleur et donne de la brillance. 

CRODASORB
Protège les cheveux contre les rayons nocifs du soleil UVA et les dommages causés par les UVB. Préserve la pigmentation naturelle des cheveux, les colorants naturels et synthétiques. Prévient le jaunissement des cheveux gris. 

Produits repousse Monat

Les produits Monat sont recommandés AVANT, PENDANT ET APRÈS le traitement d’une Chimiothérapie.

La clé no2: Les produits Monat sont Naturels et Végétaliens.

Tous les produits MONAT sont SANS:

-Parabène,
-SLS/SLES,
-Silicone cyclique,
-DEA/MEA,
-Phthalate,
-PEG,
-Phénoxythanol,
-Pétrole,
-Huile minérale et cire de paraffine,
-BHT,
-Triclosane,
-Microbille de plastique,
-Agent libérateur de formaldéhyde

COMMENT CHOISIR LE BON PRODUIT MONAT?

Vous trouverez le bon produit lié à votre problème capillaire avec une analyse approfondie des conditions de votre cuir chevelu et de vos cheveux. Pour une consultation rapide ou des produits Monat, contactez-moi directement au 514-792-0281 ou remplissez le formulaire en bas de cette page. 

QUI SUIS-JE?

Je me nomme, Monique Toubeix, Styliste et Conseillère en Soins Capillaires/Beauté et
Bien -Être Naturels pour la compagnie MONAT au Québec Canada , Usa et en Europe.

Monique Toubeix Certifié Conseillère MONAT
Monique Toubeix



Je suis passionnée par la santé/beauté des cheveux et du visage depuis mon plus jeune âge.

J’obtiens mon diplôme de compétences à l’école Supérieure des Métiers d’arts Commerciaux de Montréal.

Spécialisée comme visagiste/styliste, Esthétique, Trichologie et Bio/Chimie.



Dans mon cheminement, je travaille en formant d’autres Stylist dans les salons: La Coupe Montréal / New York, Jacques Dessange Paris/ Montréal.

Je participe à une rubrique de Relooking de la tête aux pieds. Avec les magazines »Clin d’Œil »et l’Essentiel » durant 10 ans. En collaboration avec Macha Colas auteur du Livre:
 »La jeunesse et beauté par la gymnastique facial ».

A force de mouvements répétitifs avec mon métier, j’ai aux bras deux capsules et trois tendinites. Au risque de paralyser, je ralenti beaucoup mon travail car je voulais tout de même continuer ma carrière de styliste.

MONAT arrive à un moment dans ma vie ou je me questionne sur ma carrière.
Grâce à cette entreprise, je deviens consultante indépendante. Ce qui me permet de pouvoir continuer à soutenir une clientèle afin d’améliorer leur santé capillaire.
Mes conseils esthétiques des soins du visage, la peau avec Monat, m’ouvre la porte sur d’autres connaissances à partager.

Pourquoi avoir choisi une entreprise Monat?

J’ai eu moi-même une grosse perte de cheveux suite au stress et débalancement hormonal « ménopause » qui commençait. Le tout accompagné de démangeaisons au cuir chevelu avec un début de psoriasis.

Monat est connue pour l’efficacité de repousse capillaire avec des produits anti-âge.

L’huile « Rejuveniqe » breveté que contient tous les produits, shampooings, traitements, masques, soins du visage à le pouvoir d’aider la régénération et la santé du cuir chevelu.

Elle contient les mêmes molécules que celles de notre corps, ce qui favorise le pH et une repousse de cheveux plus fortes, plus denses.

J’ai un cheveux naturel avec des mèches décolorées et mes cheveux ondules naturellement.
J’ai commencé par utiliser l’huile Rejuvenique pour rétablir l’hydratation et le PH de mon cuir chevelu. Le shampoing, le revitalisant correspondant à mon profil capillaire et le traitement au Capixyl étaient dans mon cas, indispensable.

Les 2 semaines suivantes, mon psoriasis avait disparu et ma chute de cheveux diminuée de moitié. Elle a stoppée complètement en 1 mois. J’ai vue la partie de mon vertex (dessus de tête) et de mes tempes frontales avoir de nouvelles repousses.
Je remonte mes cheveux en chignon, ma nuque qui se dénudait vers le haut a retrouvée plus de densité capillaire.

Cela fait 5 ans que j’utilise les produits Monat, huile, shampooing, revitalisant, jusqu’aux produits de coiffage.
Malgré que mes hormones me mènent la vie dure, et des mèches décolorées aux 4 mois, j’ai aujourd’hui, plus de cheveux que lorsque j’avais 40 ans!!

Si vous souhaitez retrouver vos cheveux éclatants de santé, peut importe votre problème et vos besoins, je peux vous aider.

Que cela soit pour de l’alopécie, psoriasis, une chute de cheveux sévère, une chimiothérapie, vouloir de la repousse, un cheveu plus fort, un cheveux longs plus dense.
Aussi, pour redonner vie à vos cheveux abîmés par la décoloration ou le soleil etc…

Sans obligation de votre part, je vous invite à remplir le formulaire ci-dessous pour mieux cibler votre profil capillaire. Je répond personnellement à chacun d’entre vous en toute confidentialité!

Conseillère Monat Monique Toubeix

Informations 514-792-0281

 
 

Un conseil de Jackie en salon ou par téléphone pour votre coiffure?
Coupe de cheveux stylisée, coloration , permanente, défrisant, mèches et balayage ect…
Traitement et soins capilaires?
Aussi…Où trouver les produits KÉRASTASE Paris à Montréal -Laval et environs au Québec ?
Hommes-Femmes-Enfants
1010 Sherbrooke.o
Centre-ville de Montréal-Québec-
514-792-0281
Hotel OMNI
Niveau Boutique
(Stationnement)
Metro Peel
Un conseil gratuit 7/7 jours?
ou
Un rendez-vous?
JACKIE TOUBEIX
514-792-0281
Écrivez vos question ici@
FORMULAIRE d’ANALYSE CAPILLAIRE par Monique Toubeix MONAT"
Pour avoir un meilleur aperçu de votre profil capillaires, Remplissez tous les * en rouge et autres espaces qui s’appliquent à vous.
Cochez plusieurs cases si nécessaire
Cochez plusieurs réponses si nécessaire
Cochez toutes les réponses qui se rapporte à vos cheveux actuels
Inscrivez vos commentaires sur vos cheveux
Indiquez le moyen de communication de votre choix.
Téléphone, Messenger, Texto…
Cochez vos choix
Sélectionnez votre Pays

Les Enfants Vulnérables aux Toxines! Comment Pourquoi?

Les Enfants Vulnérables aux Toxines!

Les Enfants Vulnérables aux Toxines! Notre Monde est une Soupe Toxique
Les Enfants Vulnérables aux Toxines!

Environ 80,000 produit chimiques synthétiques ont été développés afin d’être mis sur le marché. La majorité d’entre eux n’existaient pas avant les années 1940. 

Plus de 1500 nouveaux produits chimiques sont mis en marché chaque année.

Le Toxics Release Inventory ( Programme d’Inventaire des produits Toxiques ) pour l’année 1997 a révélé qu’un total de 2.58 milliards de livres de produits toxiques ont été mis en circulation par les installations obligées de se rapporter. Ce nombre exclut les produit toxiques qui sont incorporés aux autres produits ainsi que les pesticides, qui représentent à eux seuls 4.5 milliards de livres.

Des 15,000 produits chimiques qui sont enregistrés auprès de l’Agence de Protection Environnementale en tant que produit voués à l’usage commercial.
Ont avait alors testé la toxicité de moins de la moitié d’entre eux, et ont avait testé la toxicité pour les organismes en développement de moins de 20 % des produits.

Des tests visant à déterminer la neuro-toxicité développementale ont été soumis à l’EPA pour 12 produits seulement, en date de décembre 1998. Ces test ne sont pas requis par l’EPA.

Aucun produit n’a encore été testé quand aux effets sur notre santé lorsque survient une interaction avec un autre produit chimique. En outre, nous sommes tous exposés à des douzaines sinon des centaines de produits chimiques chaque jour.

Avec l’évolution des procédés d’analyses, nous pouvons constater que des quantités de plus en plus infimes peuvent êtres nocives, particulièrement dans le cas des populations plus vulnérables tels les enfants. Par exemple, le taux acceptable de plomb dans le sang est passé de 60 micro grammes / décilitre (ug/dl) en 1960 à 10 ug/dl en 1990. Les études en cours présentement suggèrent qu’il n’y aurait peut-être pas de quantité identifiable qui serait sécuritaire pour le cerveau en développement. 

Les Enfants Vulnérables aux Toxines

Proportionnellement à leur poids, les enfants mangent, boivent et respirent beaucoup plus que les adultes et absorbent donc une plus grande quantité de toxines de leur environnement.
Par exemple, proportionnellement toujours, les enfants boivent sept fois plus d’eau et respirent sept fois plus d’air que les adultes.

Les Enfants Vulnérables aux Toxines! Comment Pourquoi?

Tout au cours de leur développement biologique et physique, plus particulièrement avant leur naissance et au stage de nouveau-né, ils sont extrêmement fragiles aux dommages causés par les substances toxiques.

Par exemple, l’exposition à des doses uniques et infimes de certains pesticides lors de certaines journées critiques de leur développement peuvent créer un impact permanent sur leurs fonctions neurologiques et physiques, allant des difficultés d’apprentissage tel le Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité et problèmes de reproduction. 

Plusieurs produits neurotoxiques tels le mercure, la dioxine et les PBC forment des bio accumulations dans les lipides de notre corps et se transmettent de la mère à l’enfant in utero et par l’entremise du lait maternel.

Les Maladies Infantiles Chroniques connaissent une Croissance Dramatique

 Le taux de cancer chez les enfants a augmenté de 26 % entre 1975 et 1998. 

Le taux de cancer des testicules chez les jeunes hommes a augmenté de 60 % et le taux d’hypospadias (anomalie congénitale caractérisée par une ouverture anormale de la face de l’urètre) chez les nouveau-nés mâles ont doublé entre 1968 et 1993.

Le pourcentage d’enfants atteints d’asthme aux États-Unis a doublé, passant de 3.6% à 7.5% entre 1980 et 1995. En 2001, 8.7% (6.3 millions) de tous les enfants Américains étaient atteints d’asthme.

On estime que près de 12 millions d’enfants Américains (17%) en bas de l’âge de 18 ans souffrent d’un
ou plusieurs troubles de développement, d’apprentissage ou de comportement.

Le taux d’autisme a doublé aux États-Unis entre 1966 et 1997.

Entre 1997 et 2000, 6.7% des enfants entre l’âge de 5 et 17 ans ont été diagnostiqués comme souffrant
de Trouble Déficitaire de l’Attention avec Hyperactivité.

Un million d’enfants Américains ont un taux de plomb dans le sang de plus de 10 ug/dl, ce qui affect
leur comportement et leur capacité d’apprentissage. 36% de ces enfants sont Afro-Américains et vivent dans des centres urbains.

Les Enfants Atteints de Maladie ont un Impact Social Énorme

L’impact qu’ont les troubles de développement et d’apprentissage sur les enfants et leurs familles est immense. Tant les parents que les professeurs, les dirigeants des écoles et les communautés déboursent constamment des sommes de plus en plus importantes en plus d’une quantité d’heures et d’énergie incalculables à tenter d’aider les jeunes à acquérir des habiletés qui autrefois leur venait plus naturellement.
Par exemple, la facture pour les programmes spéciaux d’éducations pour les enfants atteints de troubles d’apprentissage s’élevait à 77.3 milliards, soit une moyenne de 12,474$ par étudiant pour l’année scolaire

Ce chiffre représente 22% des dépenses totales dans le domaine de l’éducation primaire et secondaire aux États-Unis. Le coût total moyen par étudiant est ordinairement de 6,556. 

Les enfants atteints de ces troubles de développement ont de meilleures chances de devenir délinquants, de s’adonner à l’usage des drogues, de commettre des crimes à l’âge adulte et ont également un plus haut taux de suicide et de maladies mentales. 31% des enfants atteints de troubles d’apprentissage seront mis en état d’arrestation dans les 3 à 5 années qui suivront la fin de leurs études secondaires. 50% des délinquants juvéniles qui ont été soumis aux tests ont été diagnostiqués avec un trouble d’apprentissage qui n’avait jamais été détecté auparavant.
Le coût d’emprisonnement pour un seul détenu juvénile varie entre 35,000$et 60,000$ par année. 

Le coût total pour la société des troubles déficitaires neuro-développementaux s’élève entre 81,5 milliards et 167 milliards de dollars par an

EAU de JAVEL – SANTÉ L’EAU de JAVEL et les Produits Domestiques

EAU de JAVEL – SANTÉ L’EAU de JAVEL et les Produits Domestiques

Eau de Javel – L’eau de Javel, en user sans en abuser

D’ou vient l’eau de Javel ?

EAU de JAVEL - SANTÉ L'EAU de JAVEL
EAU de JAVEL

On doit la découverte de L’EAU de JAVEL des hypochlorites au Comte Claude, Louis BERTHOLLET (1748-1822) – Chimiste français, médecin de formation. Il mit au point l’eau de Javel en 1789 pour les lavandières des bords de Seine à Javel, petit village aux portes de Paris à l’époque.
L’eau de Javel est composée d’une solution aqueuse d’hypochlorite de sodium de formule NaOCl. Sa concentration s’exprime en degrés chlorométriques (°Chl). On trouve dans le commerce des solutions prêtes à l’emploi de 10 à 15 °Chl et de l’eau de Javel concentrée à 47 °Chl à utiliser en dilution.
Ces produits peuvent également contenir des détergents et des parfums. L’eau de Javel a des propriétés détachantes, blanchissantes, désinfectantes et désodorisantes. En qualité de biocide, elle est active à l’égard des bactéries, des virus, des champignons et des algues. Elle est utilisée dans les toilettes, les sanitaires, les poubelles, sur les sols, mais également en rinçage de lessive.

L’utilisation intensive d’eau de Javel est-elle justifiée ?

Influencés par la publicité, nous nous efforçons de tout désinfecter, nettoyer aujourd’hui ne suffit plus! La chasse aux microbes est devenue une véritable obsession. Il faut traquer poussières, bactéries et virus à grand renfort d’eau de Javel et maintenant, nec plus ultra, sur des airs de lavande et autres senteurs vivifiantes. La gamme des produits d’entretien s’est élargie avec les produits « 2 en 1 »: Ces détergents qui cumulent une action nettoyante et une action désinfectante grâce à l’adjonction d’eau de Javel.
Nous sommes en passe de devenir des « Javelmaniaques ».
Il est grand temps de revenir à une utilisation raisonnable de l’eau de Javel. Une désinfection ponctuelle ou un bon vieux rinçage pour blanchir les torchons, tout cela reste dans le concevable.
Pourchasser et traquer tous les microbes n’est pas seulement inutile, c’est aussi nuisible pour l’environnement voir même dangereux pour la santé.
Industriellement, l’utilisation massive d’eau de Javel, que ce soit pour les traitements de désodorisation, les traitements des eaux ou autres procédés de désinfection utilisés dans les piscines par exemple, ne va pas tarder à devenir un problème de société.
Qui se souvient des jadis bienfaits de l’ozone, devenu aujourd’hui indésirable?…
N’en sera-t-il pas bientôt de même pour cette bonne vieille eau de Javel?

Que peut-on reprocher à l’eau de Javel ?

L’eau de Javel contient du chlore très facilement libérable (labile pour les chimistes). Lors de son utilisation puis de son rejet avec les eaux usées, le chlore libéré se combinera facilement avec certaines molécules organiques pour former des « organochlorés », composés toxiques, persistants et qui peuvent donc avoir un effet cumulatif dans les chaînes alimentaires. Certains d’entre eux sont cancérigènes et/ou mutagènes.
Si les eaux usées sont évacuées vers une fosse septique, l’apport régulier d’eau de Javel peut compromettre les équilibres biologiques de la fosse et donc son bon fonctionnement.
Le stockage et l’utilisation d’eau de Javel à la maison comportent des risques. En effet, ce produit est souvent à l’origine d’accidents domestiques.
Utilisée en mélange avec des produits d’entretien contenant un acide (détartrant, nettoyant pour sanitaires, antirouille, …), causera instantanément un dégagement de chlore gazeux qui provoquera des effets désastreux tels que l’irritation des muqueuses et des yeux, des maux de tête, des nausées, … Cela peut aller jusqu’au développement d’un œdème pulmonaire très grave avec risque de complications infectieuses.
Si l’eau de Javel entre en contact avec de l’ammoniaque, c’est un ensemble gazeux constitué de mono, di et tri chloramine qui se formera et qui risquera de provoquer un oedème aigu du poumon immédiat ou retardé nécessitant une hospitalisation.
La monochloramine est classée comme substance pouvant être cancérogène pour l’humain en raison de la prise en considération des divers facteurs: effets immunotoxiques possibles chez les rats, méthémoglobinémie et hémolyse chez des patients dialysés, augmentation des niveaux d’apoliprotéine B du plasma chez l’homme, etc.
Des effets mutagènes sont rapportés dans des études sur le rat.
L’essentiel de la pollution dans l’atmosphère des halls de piscines est dû aux chloramines et plus particulièrement à la trichloramine ou trichlorure d’azote (NCl3), formées par les réactions des composés azotés provenant des polluants apportés par les nageurs (urines, sueurs, cosmétiques) avec les composés chlorés utilisés pour la désinfection des eaux.
L’évaluation du risque chimique et sa maîtrise ultérieure se basent sur les données de la métrologie atmosphérique. La valeur limite de « confort  » pour laquelle on n’enregistre généralement pas de plainte des salariés vis à vis des effets irritants oculaires et respiratoires est de 0,5 mg/m³ en équivalent NCl3.
Il n’existe pas à ce jour de valeur limite d’exposition (VLE).
Les centres Antipoison relatent de nombreux accidents dus à l’eau de Javel dont les victimes sont des enfants qui ont ingéré, par mégarde, de l’eau de Javel. Heureusement, ces accidents sont rarement mortels.

Quelques conseils

  • Pour l’entretien de la maison évitons l’utilisation d’eau de Javel. Un nettoyage régulier des pièces d’habitation suffit généralement (y compris pour les W-C). Mieux vaut dépoussiérer et nettoyer régulièrement avec de l’eau chaude et un bon détergent que de décrasser et désinfecter une fois de temps en temps à l’eau de Javel.
  • Pour enlever une tache sur un vêtement, des produits non chlorés existent dans le commerce qui agissent aussi bien sans risque pour l’environnement et qui ne provoquent pas de décoloration des textiles.
  • Si une désinfection ponctuelle s’avère nécessaire, ne jamais mélanger l’eau de Javel à d’autres produits d’entretien (ammoniaque, détartrant pour W-C, ou tout autre acide, …): ne pas les utiliser simultanément.
    Faire un rinçage abondant entre chaque produit en cas d’utilisation l’un après l’autre. Attention, verser de l’eau de Javel dans une cuvette de W-C ou dans une litière à chats où subsiste de l’urine peut être dangereux (risque de dégagement gazeux d’ammoniac).
    ce produit doit être rangé hors de portée des enfants.
  • Acheter un produit dilué plutôt qu’un produit concentré. En effet, les produits concentrés sont toujours plus agressifs en cas d’accident.
    En cas d’accident par l’eau de Javel, contacter le Centre Antipoison le plus proche appeler et un médecin.
  • En cas de contact oculaire, effectuer un rinçage immédiat à l’eau courante sous faible pression pendant au moins 15 minutes et consulter un médecin.

DÉTERGENTS SANTÉ – Des DÉTERGENTS Responsables des Mutations Sexuelles chez les Poissons

DÉTERGENTS SANTÉ – Des DÉTERGENTS Responsables des Mutations Sexuelles chez les Poissons

Détergents

Des détergents responsables des mutations sexuelles chez les poissons

http://aquarium-webzine.com/images/ouest/Pelvicachromis%20taeniatus%20Moliwe/P-t-moliwe-male.jpg

Auteur:Louis-Gilles Francoeur

Résumé
Plusieurs détergents domestiques et industriels, qui contiennent des surfactants, pourraient être les principaux responsables des altérations importantes du système reproducteur des poissons du fleuve Saint-Laurent et de la rivière des Outaouais, où des signes sérieux de féminisation des mâles ont été observés chez certains poissons sentinelles.

Textes associés

  • Le sexe des poissons : Daniel Green s’interroge sur le travail d’Ottawa (17.02.2004)
  • Pollution – Mutations sexuelles chez les poissons du Saint-Laurent (16.02.2004)
  • Dossier(s) Écologie – AOL/Le Devoir

C’est ce qu’a affirmé David Marcogliese, de la Direction de la conservation du milieu au Centre Saint-Laurent d’Environnement Canada, en entrevue au Devoir. M. Marcogliese est un des signataires de l’étude publiée par des chercheurs de l’Institut Armand-Frappier dans la revue Toxicological Sciences, divulguée dans nos pages lundi. Cette étude révèle que le tiers des poissons sentinelles mâles, le queue à tache noire, ont développé en aval de l’usine d’épuration de Montréal des ovaires à l’intérieur de leurs organes génitaux et que leurs caractères reproducteurs mâles tendent à s’atténuer sensiblement. De plus récentes études, réalisées cette fois dans l’Outaouais, en amont de Montréal, ont permis de déceler des organes féminins en train de se développer à l’intérieur des organes mâles chez 50 % des spécimens. On retrouve des villes et des papetières en amont de ces sites d’échantillonnage.

Plusieurs types de détergents domestiques et industriels, ainsi que plusieurs familles de pesticides, contiennent des surfactants de la famille des nonyl-phénols. Un surfactant est un produit chimique qu’on introduit dans des liquides, comme des savons ou des détergents, pour en abaisser la tension superficielle, ce qui en augmente les propriétés mouillantes. C’est ce qui fait que certains détergents pénètrent et délogent plus facilement la saleté que l’eau pure. On les utilise aussi dans les formulations de pesticides afin que, dès la première pluie, ces toxiques s’éliminent des végétaux pour réduire rapidement les risques d’absorption. Ces détergents ont aussi plusieurs usages industriels, ce qui explique, indique le chercheur, qu’on les retrouve maintenant dans les sédiments des cours d’eau en aval des effluents des usines d’épuration et des grandes industries comme les papetières.

Ces contaminants imitent les messages chimiques d’un système hormonal normal, dans lequel les faux messages induits par des contaminants oestrogéniques peuvent provoquer des altérations du système de reproduction, des cancers et des malformations congénitales.

À court terme, indique M. Marcogliese, c’est dans le Richelieu que seront réalisées les prochaines recherches sur la présence de contaminants oestrogéniques au cas où leur présence dans l’eau pourrait expliquer les problèmes de reproduction de la seule espèce menacée de nos eaux, le chevalier cuivré. Le Centre Saint-Laurent d’Environnement Canada, avec ses six chercheurs, devra cependant s’affilier au puissant centre ontarien de Burlington, où Environnement Canada concentre ses investissements en recherche pour finir par savoir ce qui se passe… ici ! Les chercheurs ont obtenu une aide financière du Fonds de récupération de la faune pour mener ce projet à terme.

Pour l’instant, explique de son côté Raymond Chabot, de la Direction de la protection du milieu d’Environnement Canada, deux autres études viennent de confirmer l’existence d’altérations du système reproducteur de certaines espèces aquatiques, provoquées par les «imposteurs», ou modulateurs endocriniens.

Une de ces études a permis de relever des phénomènes de féminisation des mâles et d’altérations aux systèmes reproducteurs de deux espèces de moules. Cette étude a une fois de plus confirmé l’intensité du phénomène en aval de l’émissaire de l’usine d’épuration de Montréal. Elle a été réalisée par deux chercheurs d’Environnement Canada, François Gagné et Christian Blaise.

La deuxième étude est une synthèse des 48 études soumises par l’ensemble des 52 papetières du Québec depuis six ans dans le cadre du «cycle 2» du suivi environnemental réglementaire qu’elles doivent réaliser aux trois ans pour déterminer la nature, l’ampleur et les causes probables des impacts de leurs rejets en aval de leur effluent. C’est en vertu de la Loi sur les pêches qu’a été adopté le règlement sur les effluents des fabriques de pâtes et papier. Cependant, ce n’est pas Pêches et Océans Canada mais bien Environnement Canada qui l’administre, simultanément avec la Loi canadienne sur la protection de l’environnement : les autorités fédérales veulent ainsi éviter les failles réglementaires et administratives d’une gestion bicéphale, comme celle qui caractérise la gestion québécoise de l’environnement et de la faune.

Selon ce rapport-synthèse daté de décembre dernier, on note deux phénomènes assez généralisés parmi les papetières du Québec. Les poissons sont plus gros en aval des papetières, ainsi que le démontre le poids moyen des foies, ce qui s’expliquerait, selon Raymond Chabot, par une concentration plus forte de nutriments dans l’eau. Ces nutriments augmentent la disponibilité de la nourriture mais tendent à faire vieillir prématurément le cours d’eau par la prolifération de matière organique.

Par contre, si le poids moyen des poissons augmente, les chercheurs constatent «une diminution du poids relatif des gonades en zone d’exposition», un phénomène aussi observé en aval des papetières ailleurs au Canada, où le règlement fédéral exige un suivi triennal identique.

Selon les experts, note le rapport, cette réduction de la taille des organes sexuels confirme l’existence d’une «perturbation du système endocrinien des poissons», qui se manifeste par une réduction des gonades (testicules chez les mâles et ovaires chez les femelles). «Ces résultats, précise le rapport, sont cohérents lorsqu’ils sont analysés selon le sexe ou selon que les poissons sont immatures ou adultes. Toutefois, le type et la fréquence des réponses [aux contaminants] sont très variables selon la famille de poissons retenue. Les résultats indiquent qu’il y a des espèces plus sensibles aux effluents des papetières que d’autres, et il faudrait en tenir compte lors du choix des espèces sentinelles des prochains cycles. En milieu marin, les mollusques exposés aux effluents présentent des poids de chair plus élevés que leurs congénères en zone de référence, ce qui suggère aussi un effet d’eutrophisation du milieu.»

Les chercheurs espèrent que la série de données du troisième rapport triennal soumis par les papetières, qui fait actuellement l’objet d’une analyse à Environnement Canada, permettra de départager la responsabilité des papetières et des rejets municipaux dans cette affaire.

Cependant, précise Raymond Chabot, le protocole de recherche imposé aux papetières pour le quatrième rapport triennal, qui s’amorcera au cours des prochains mois, ne contient pour l’instant «aucune exigence» pour qu’elles essaient de déterminer les impacts des contaminants oestrogéniques en aval de leurs effluents malgré l’importance des phénomènes mis en lumière par les récentes recherches.

SOURCE

Le Devoir.com. Dossiers 273, articles, [http://www.ledevoir.com/dossiers/273/articles.html]

MÉLANOME TRAITEMENT et SOIN du MÉLANOME malin sur la PEAU – Malin, Cancéreux identifier un MÉLANOME

MÉLANOME TRAITEMENT et SOIN du MÉLANOME malin sur la PEAU – Malin, Cancéreux identifier un MÉLANOME

MÉLANOME SANTÉ TRAITEMENT et SOIN du MÉLANOME
MÉLANOME Le mélanome malin est une tumeur maligne du système pigmentaire (mélanocytes) survenant soit primitivement en peau saine, soit par dégénérescence d’un naevus préexistant.

MELANOME SANTÉ TRAITEMENT et SOIN du MÉLANOME

Il arrive qu’on distingue le mélanome malin en :

  • mélanome superficiel extensif qui a l’aspect d’une tache polychrome dont les contours et la surface sont irréguliers et qui correspond à la phase de développement horizontal du mélanome malin.
  • mélanome nodulaire caractérisé cliniquement par une tumeur mélanique saillante et histologiquement par une prolifération bien circonscrite qui envahit d’emblée le derme.

Le mélanome est le cancer cutané dont la fréquence augmente le plus dans le monde. Elle double tous les 10 ans. La majorité des cas survient sur une peau saine, moins d’un quart apparaît sur naevus préexistant.
Chaque année, aux Etats-Unis, plus de 47 000 personnes sont nouvellement diagnostiquées avec un mélanome et 7 700 d’entre elles mourront de ce cancer agressif de la peau.
En France, 4 000 à 5 000 cas sont découverts tous les ans, 1 000 personnes en meurent.
La prévention et la détection précoce du mélanome sont donc essentielles.

Facteurs de risque

  • Les expositions prolongées au soleil avant l’âge de 10 ans augmentent le risque de mélanome. En cas de brûlures solaires reçues dans l’enfance, le risque de survenue ultérieure d’un mélanome double.

– Le risque de mélanome est plus élevé chez les personnes ayant des antécédents familiaux de mélanome.

  • Le phototype a également son importance : les personnes à phototype clair qui bronzent pas ou peu sont les plus menacées.
  • La présence de nombreux naevus supérieurs à 2mm sur le corps multiplie le risque par 4 ou 5 d’avoir un mélanome.
  • Les naevus atypiques sont corrélés à une augmentation du risque de mélanome.
  • Les naevus congénitaux ont un risque de transformation maligne.

Notons que la majorité des mélanomes survient sur peau saine. Les éphélides (tâches de rousseur) ne dégénèrent jamais et les naevus très rarement.

Traitement naturel

Le terpinen-4-ol, la composante principale de l’huile de Melaleuca alternifolia ( arbre à thé ), prévient la croissance in vitro de cellules cancéreuses responsables des mélanomes de la peau chez les humains.

Calcabrini A, Stingaro A, Toccacieli L, Meschini S, Marra M, Colone M, Salvatore G, Mondello F, Arancia G, Molinari A.

Laboratorio di Ultrastrutture, Istituto Superiore di Sanita, Rome, Italy.

La recherche d’approches thérapeutiques innovatrices basées sur l’usage de nouvelles substances génère un intérêt croissant dans le domaine de l’oncologie.

Lors de cette étude in vitro, le potentiel anti-néoplasique de l’arbre à thé fut mis à l’épreuve contre des cellules humaines atteintes de mélanome de type M14 WT ainsi que contre leur contreparties résistantes aux traitements, soit les cellules M14 résistantes à l’adriamicine.

Les deux types de cellules, soit les cellules résistantes et les cellules sensibles aux traitements, furent cultivées en présence d’huile d’arbre à thé à raison d’une concentration variant entre 0.005 et 0.03 %.

L’huile d’arbre à thé, tout comme sa composante active principale, le terpinen-4-ol, ont provoqué avec succès une apoptose dépendante aux caspases des cellules de mélanome et cet effet fut encore plus flagrant dans la variante des cellules résistantes.

Les analyses effectuées par cryofracture et par microscopie électronique à balayage suggèrent une médiation de l’effet de l’huile d’arbre à thé et du terpinen-4-ol par leur interaction avec les membranes plasmiques et par la réorganisation subséquente des lipides de ces membranes.

En conclusion, l’huile d’arbre à thé ainsi que le terpinen-4-ol ont la capacité d’empêcher la croissance des cellules humaines de mélanomes de type M14, et sont apparemment plus efficaces contre la variante des cellules résistantes, qui expriment des taux élevés de glycoprotéine-P dans les membranes plasmiques, défiant toute résistance à l’apoptose dépendante aux caspases exercée par les cellules néoplasiques contentant la glycoprotéine-P.

ALUMINIUM sur la SANTÉ HUMAINE. Doit-on en avoir peur?

ALUMINIUM sur la SANTÉ HUMAINE

Aluminium sur la santé humaine. Doit-on en avoir peur?

SANTÉ ALUMINIUM sur la SANTÉ HUMAINE. Doit-on en avoir peur?L’ Aluminium est le métal le plus abondant sur la terre.
On le retrouve dans le sol, dans l’eau et dans l’air.
Ses propriétés chimiques et physiques lui donnent de nombreuses utilités.
À titre d’exemple, on peut mentionner l’utilisation de l’aluminium et de ses composés dans les produits alimentaires (en tant qu’additif), dans les médicaments (p. ex., les antiacides), dans les produits de consommation (p. ex., les ustensiles de cuisson et le papier d’aluminium) et pour le traitement de l’eau potable (p. ex., les coagulants).

Parce que son abondance dans l’environnement le rend pratiquement inévitable, les chercheurs étudient depuis longtemps les effets de l’aluminium sur l’être humain.
Ces recherches ont révélé un lien entre l’apport d’aluminium et la démence neurologique chez les patients dialysés (encéphalopathie des dialysés).
Ces dernières années, le public et les médias s’inquiètent des autres effets néfastes possibles de l’aluminium sur la santé humaine, notamment de son rôle dans la maladie d’Alzheimer, la maladie de Parkinson et la sclérose latérale amyotrophique (maladie de Lou Gehrig).
On a également soulevé des questions sur les risques potentiels que courent les nourrissons qui consomment du lait maternisé contenant de l’aluminium.

Ce bulletin d’information examine les diverses sources de notre exposition quotidienne à l’aluminium, les risques qui y sont associés et les questions particulières touchant la présence d’aluminium dans les aliments et l’eau potable.
La dernière section indique les mesures prises par Santé Canada pour accroître nos connaissances sur l’aluminium et sur les répercussions qu’il peut avoir sur nos vies.

Comment suis-je exposé à l’aluminium?

Puisque l’aluminium est omniprésent dans l’environnement et utilisé dans divers produits et procédés, il est inévitable que la population y soit exposée quotidiennement.

Aluminium et Alimentation

ALUMINIUM sur la SANTÉ HUMAINE. Doit-on en avoir peur?

L’aluminium est naturellement présent dans de nombreux aliments, mais généralement en faibles concentrations.
Le théier est une exception, puisqu’il accumule de grandes quantités d’aluminium qui peuvent être libérées des feuilles de thé dans le thé infusé.
L’aluminium peut également s’introduire dans la nourriture à partir des casseroles, des ustensiles de cuisine et des emballages.

Des études ont démontré que la quantité provenant de ces sources est généralement négligeable.
Certains aliments, tels que les produits laitiers, les grains et les produits céréaliers, les desserts et les boissons peuvent en contenir des niveaux plus élevés que les niveaux rencontrés naturellement et cela est dû à l’utilisation d’additifs alimentaires qui contiennent des composés d’aluminium (p. ex., le phosphate d’aluminium et de sodium). On contrôle l’utilisation de ces additifs afin d’en éviter l’utilisation en quantités excessives.

L’apport quotidien d’aluminium provenant des aliments s’élève à environ 8 milligrammes pour un adulte; certains estimés indiquent toutefois des niveaux plus élevés.
Dans l’ensemble, près de 95 p. 100 de l’apport quotidien normal pour un adulte provient des aliments.
En général, l’apport quotidien d’aluminium sur la santé pour un nourrisson s’élève à moins de 1 milligramme par jour.

Médicaments

ALUMINIUM sur la SANTÉ HUMAINE

L’apport quotidien d’aluminium peut s’accroître considérablement pour les individus qui consomment la dose maximale recommandée de médicaments en vente libre à base d’aluminium comme les antiacides et l’acide acétyl salicilique tamponné.
L’Organisation mondiale de la santé a estimé que l’apport de ceux qui consomment régulièrement ces médicaments à base d’aluminium peut s’élever jusqu’à 5 grammes par jour.

Aluminium et L’Eau potable

ALUMINIUM sur la SANTÉ HUMAINE. Doit-on en avoir peur?

La plupart des usines de traitement de l’eau de surface au Canada utilisent l’alun (sulfate d’aluminium) pour éliminer les microorganismes nocifs et les autres particules en les agglomérant (coagulant) en plus grosses particules qui pourront facilement être éliminées par sédimentation et filtration.
Ce procédé enlève également la matière organique naturellement présente dans l’eau, ce qui réduit la formation de sous-produits de désinfection.
Les sous-produits de désinfection sont formés par la réaction entre les produits chimiques employés pour la désinfection (p. ex., le chlore) et la matière organique naturellement présente dans l’eau.
Il est possible que ces sous-produits soient une cause de cancer.

Puisque l’alun utilisé dans le traitement de l’eau est éliminé en grande partie à un stage plus avancé du procédé, la concentration d’aluminium dans l’eau traitée n’est que légèrement plus élevée que dans l’eau non traitée.
Donc, l’apport quotidien d’aluminium par l’eau potable ne dépasse généralement pas 5 p. 100 de l’apport quotidien total pour un adulte.
L’apport réel peut varier grandement d’un endroit à l’autre du pays selon la qualité de la source d’eau (ce qui inclut la présence naturelle de l’aluminium dans l’eau), le procédé de traitement employé et l’efficacité d’opération de l’usine de traitement.

Aluminium et L’air

L’apport d’aluminium provenant de l’air non pollué est généralement plutôt faible, s’élevant à moins de 4 microgrammes par jour.
Dans les zones industrielles, où le niveau d’aluminium présent dans l’air peut être beaucoup plus élevé, l’apport peut s’élever à plus de 100 microgrammes par jour. En milieu de travail, les travailleurs peuvent respirer de 3,5 à 7 milligrammes d’aluminium par jour.

Le genre d’exposition a l’aluminium importe-t-il?

Oui. Même s’il est vrai que la plus grande partie de notre apport quotidien d’aluminium provient des aliments, seul un faible pourcentage habituellement moins de 1 p. 100 – est réellement absorbé par l’organisme.
L’absorption dépend de plusieurs facteurs, dont le type de composé d’aluminium, la composition de l’aliment consommé et l’âge et la santé de la personne concernée.

L’aluminium dans l’eau potable est mieux absorbé par l’organisme (c.-à-d. plus «biodisponible») que l’aluminium dans les aliments, même s’il ne représente qu’une petite fraction de l’apport total quotidien.
Ceci indique que l’eau potable pourrait être une source plus importante d’aluminium que la nourriture.
La raison de la différence des taux d’absorption n’est pas connue; on doit effectuer beaucoup plus de recherche avant de pouvoir tirer des conclusions définitive.

Quels sont les risques pour la santé associés à l’aluminium?

Historiquement, on a considéré l’aluminium comme étant relativement peu toxique; des individus en santé peuvent tolérer des doses orales allant jusqu’à 7 grammes par jour sans souffrir d’effets nocifs.
D’un autre côté, de nombreuses données indiquent maintenant que l’aluminium peut avoir des conséquences néfastes pour le système nerveux des êtres humains et des animaux.

Encéphalopathie des dialysés

Les patients atteints de maladie rénale qui reçoivent des traitements de dialyse régulièrement et qui, par conséquent, peuvent être exposés à des taux élevés d’aluminium dans les liquides de dialyse et les médicaments peuvent développer l’encéphalopathie des dialysés.
Ceci est une forme progressive de démence caractérisée par des tremblements, des convulsions, une psychose et d’autres changements au niveau de la parole et du comportement.
La plupart des experts sont d’avis que les taux élevés d’aluminium des liquides de dialyse et des médicaments sont la cause de la démence et que le contrôle des taux d’aluminium diminue considérablement les incidences de cette maladie.

Maladie d’Alzheimer

La maladie d’Alzheimer est la plus fréquente démence dégénérative primaire au Canada et une cause prépondérante de décès.
Les premiers symptômes reconnaissables de la maladie d’Alzheimer, qui indiquent le début d’une détérioration mentale progressive, sont les pertes de mémoire, la désorientation, la confusion, et la dépression.

Les chercheurs examinent a actuellement diverses théories pour déterminer les causes de la maladie d’Alzheimer.
Ces théories tiennent compte des facteurs génétiques, des protéines anormales, des agents infectieux, des agents environnementaux dont l’aluminium, d’autres métaux et des solvants et de modifications métaboliques.
Il existe de plus en plus de preuves suggérant une l’interaction complexe entre une prédisposition génétique et le vieillissement, par exemple, et la série d’événements menant au déclenchement de la maladie.

On a suggéré que l’exposition à l’aluminium était une cause possible de la maladie d’Alzheimer parce que les cellules du cerveau des patients atteints d’Alzheimer peuvent contenir de 10 à 30 fois plus d’aluminium que la normale.
Cependant, il n’est pas établi si l’accumulation de l’aluminium est la cause ou le résultat de la maladie.

Plusieurs études chez les humains indiquent un risque légèrement accru de maladie d’Alzheimer ou de démence connexe dans les collectivité dont l’eau potable contient de fortes concentrations d’aluminium.
Par contre, plusieurs autres études n’ont démontré aucune association entre la présence d’aluminium dans l’eau potable et l’apparition de la démence.
De plus, les chercheurs n’ont pas été capables de provoquer de changements de type Alzheimer dans les cerveaux d’animaux de laboratoire en les exposant à l’aluminium, ni d’expliquer l’absence de changements de type Alzheimer dans le cerveau des patients souffrant d’encéphalopathie des dialysés.
Certaines études ont également démontré peu ou pas d’accumulation d’aluminium dans le tissus cérébral de patients souffrant d’Alzheimer.

Après avoir évalué toutes les données, les experts ont conclu que même s’il n’est pas possible de démontrer un lien direct entre la démence (dont la maladie d’Alzheimer) et de fortes concentrations d’aluminium dans l’eau potable, la possibilité ne peut être exclue, particulièrement dans le cas des personnes âgées.

Les maladies de Lou Gehrig et de Parkinson

On a également associé l’aluminium à d’autres maladies sérieuses touchant le système nerveux, telles les maladies de Lou Gehrig et de Parkinson.
Comme dans le cas de la maladie d’Alzheimer, la pertinence de l’association, s’il y en a une, n’est pas connue.

Une incidence anormalement élevée de maladies de Lou Gehrig et de Parkinson chez des populations indigènes de Guam et de Nouvelle-Guinée suggère qu’il pourrait y avoir une corrélation entre ces maladies et les conditions environnementales qui prévalent, notamment des taux élevés d’aluminium et des taux faibles de calcium et de magnésium dans le sol et les aliments.
Comme c’est le cas pour la maladie d’Alzheimer, les personnes affligées de ces maladies ont habituellement un taux élevé d’aluminium dans certaines régions du cerveau, même s’il n’est pas démontré que la présence d’aluminium dans le cerveau provoque l’apparition de la maladie.
On doit également se pencher plus attentivement sur d’autres facteurs possibles tels le régime alimentaire de la population de Guam particulièrement les graines du faux sagoutier, qui contiennent un acide aminé toxique, lequel entraîne chez les singes une condition similaire à la maladie de Lou Gehrig ainsi que la possibilité que la démence soit causée par des facteurs génétiques plutôt qu’environnementaux.

D’autres incidences de l’Aluminium sur la santé

L’ingestion de grandes quantités d’aluminium peut aussi entraîner l’anémie, l’ostéomalacie (les os cassants ou mous), l’intolérance au glucose, et les arrêts cardiaques chez les humains.

Questions particulières concernant les aliments

Dois-je cesser d’utiliser des ustensiles de cuisine en aluminium et du papier d’aluminium?

Non. Des études ont démontré que la quantité d’aluminium libéré des ustensiles de cuisine en aluminium et du papier d’aluminium dans les aliments est généralement négligeable.

Pourquoi les fabricants ne cessent-ils pas d’utiliser des additifs alimentaires qui contiennent de l’aluminium?

Les fabricants peuvent ne pas pouvoir trouver des additifs convenables, ayant les mêmes effets techniques, pour remplacer ces additifs qui contiennent de l’aluminium. Comme pour les autres additifs alimentaires, l’utilisation d’additifs contenant de l’aluminium est facultative en vertu des Règlements sur les aliments et drogues. Si les fabricants utilisent ces substances dans les aliments, ils doivent le faire en observant les dispositions des Règlements et doivent indiquer leur présence dans la liste d’ingrédients des aliments qui les contiennent.

Dois-je m’inquiéter de la présence d’aluminium dans le lait maternisé?

Non. Bien qu’une étude de Santé Canada sur les laits maternisés disponibles au Canada ait révélé que les niveaux d’aluminium y sont plus élevés que dans le lait maternel et le lait de vache, la consommation d’aluminium à ces niveaux ne pose aucun de risque pour la santé, selon les connaissances actuelles.

Dois-je m’inquiéter de l’utilisation de médicaments qui contiennent de l’aluminium?

Non. À l’heure actuelle, aucune étude n’a démontré que la consommation de médicaments à base d’aluminium est liée à des effets néfastes.

Questions particulières concernant l’eau potable

Quelles sont les solutions de rechange aux coagulants à base d’aluminium et pourquoi ne pas les utiliser?

Plusieurs coagulants chimiques comme des composés du fer et des polymères organiques peuvent remplacer les coagulants à base d’aluminium.

Plusieurs facteurs interviennent pour déterminer le choix d’un coagulant.
La chimie de l’eau (p. ex., le pH ou le niveau d’acidité, la température) est le principal facteur qui sert à déterminer quel type de coagulant sera le plus efficace.

Chacune des alternatives pose des avantages et des désavantages, notamment les risques pour la santé possibles et les préoccupations aux niveaux de l’environnement et des travailleurs.
La plus importante raison de choisir les coagulants à base d ‘aluminium est que les autres coagulants ne sont pas toujours efficaces pour enlever les pathogènes et les particules. Lorsqu’une usine de traitement est conçue pour utiliser spécifiquement l’alun pour traiter un certain type d’eau, il n’est pas toujours possible d’avoir recours à une substance alternative sans encourir des effets adverses sur la qualité de l’eau.
De plus, les coagulants alternatifs sont généralement plus dispendieux, exigent des moyens de transport, de manutention et d’entreposage additionnels et peuvent poser plus de risques à l’utilisation.

Y a-t-il une façon d’enlever l’aluminium de l’eau du robinet?

À la maison, il n’y a pas de méthode facile ou peu dispendieuse d’éliminer l’aluminium de l’eau du robinet.
La distillation à la vapeur et le procédé appelé osmose inverse sont efficaces mais exigent tous deux l’achat d’équipement onéreux qui nécessite un entretien fréquent.

Dois-je m’inquiéter du taux élevé d’aluminium dans l’eau de puits ou dans l’eau du robinet si l’usine de traitement municipale n’utilise pas l’alun?

On croit généralement que l’aluminium d’origine naturelle provenant de l’eau non traitée se trouve sous une forme qui n’est pas facilement assimilable par l’organisme et qu’il ne faut pas s’inquiéter de ses effets sur la santé.
C’est pendant le procédé de traitement à l’alun que l’aluminium est transformé en une forme qui peut être plus facilement assimilable.

L’eau embouteillée contient-elle moins d’aluminium que l’eau du robinet?

À l’instar de l’eau du robinet, le taux d’aluminium de l’eau embouteillée varie. On peut trouver de l’aluminium dans certaines eaux embouteillées parce qu’il est présent naturellement dans la source d’eau.
De plus, certains fabricants d’eau embouteillée utilisent l’eau du robinet avec ou sans traitement supplémentaire; si de l’aluminium se trouve dans l’eau du robinet, il peut aussi être dans l’eau embouteillée.

L’eau potable municipale est-elle saine?

L’eau qui provient des usines de traitement municipales est saine.
D’abord, l’eau est généralement conforme à toutes les recommandations provinciales quant à sa pureté.
Les recommandations sont très strictes et sont établies afin de protéger la santé humaine.
Ensuite, les usines de traitement municipales surveillent la qualité de l’eau régulièrement pour s’assurer qu’elle est conforme aux recommandations, ce qui inclut, dans la plupart des municipalités, un effort concerté pour que les taux d’aluminium soient faibles même s’il n’existe pas de norme spécifique concernant l’aluminium.
Enfin, les procédés de traitement de l’eau font l’objet d’une surveillance et de contrôle afin d’assurer le dépistage et la correction immédiate de tout problème.

Que fait Santé Canada pour assurer la sûreté de l’eau potable?

La responsabilité d’assurer la qualité de l’eau potable revient principalement aux provinces. Les Recommandations pour la qualité de l’eau potable au Canada, publiées par Santé Canada (et qui comprendront bientôt un énoncé révisé pour l’aluminium), assurent une approche concertée afin d’améliorer la qualité de l’eau potable et d’assurer l’accès à de l’eau potable saine et salubre.
Au niveau fédéral, le Conseil du Trésor utilise ces recommandations comme normes quant aux terres fédérales.

À l’heure actuelle, il n’existe aucune recommandation en matière de santé établissant un niveau sécuritaire d’aluminium dans l’eau potable au Canada.
Santé Canada a évalué la documentation sur les effets néfastes de l’aluminium pour la santé humaine et des animaux.
Le Ministère, par le biais du Sous-comité fédéral provincial sur l’eau potable (le Sous-comité), a jugé qu’il n’y avait insuffisamment de données, pour l’instant, pour appuyer l’établissement d’une recommandation en matière de santé pour l’aluminium.

Toutefois, compte tenu des recherches plus poussées sur les effets de l’aluminium sur la santé et en vertu du «principe de précaution», le Sous-comité a recommandé que les usines de traitement de l’eau qui utilisent les coagulants à base d’aluminium devraient optimiser leurs opérations afin de réduire, dans la mesure du possible, les niveaux d’aluminium dans l’eau traitée.
Dans ces usines, des valeurs cibles opérationnelles de moins de 100 microgrammes par litre d’aluminium total (pour les usines de traitement conventionnelles) et de moins de 200 microgrammes par litre d’aluminium total (pour les autres types de systèmes de traitement) sont recommandées.
L’eau qui est conforme à ces valeurs cibles opérationnelles ne devrait pas contenir de matières gélatineuses contenant de l’aluminium, qui peuvent diminuer le taux de débit du système de distribution et entourer et protéger les microorganismes, et nuire au processus de traitement.

Le Sous-comité insiste sur le fait que les avantages d’utiliser de l’aluminium pour traiter l’eau sont beaucoup plus importants que ses effets possibles sur la santé.
En d’autres termes, puisque les usines de traitement de l’eau utilisent l’aluminium afin d’éliminer les microorganismes et la matière organique présents dans les eaux de surface, elles ne doivent pas compromettre la qualité chimique et microbiologique de l’eau en essayant de réduire les niveaux résiduels d’aluminium dans l’eau traitée.
Ce qui pourrait se produire si les usines de traitement diminuaient considérablement la quantité d’alun utilisé dans le procédé de désinfection.

Si des études à venir réalisées par Santé Canada ou par d’autres venaient à appuyer l’établissement d’une recommandation en matière de santé pour l’aluminium, le Sous-comité procédera à une réévaluation et établira une valeur de recommandation.

En outre, Santé Canada a introduit au Parlement la Loi sur la sûreté des produits liés à l’eau potable. Après avoir obtenu la sanction royale, cette loi établira des exigences pour les produits liés à l’eau potable – les dispositifs de traitement (p. ex., les pichets-filtrant), les additifs de traitement (p. ex., l’alun, le chlore) et les éléments de réseau (p. ex., les tuyaux, les robinets et les réservoirs) avant de pouvoir être vendus ou importés au Canada.
Les produits liés à l’eau potable devront être certifiés conformes aux normes de rendement en matière de santé, prescrites en vertu de la loi, par des organismes tiers accrédités.

Que fait Santé Canada afin d’améliorer nos connaissances relatives à la question de l’aluminium?

Santé Canada a lancé plusieurs initiatives distinctes, conçues dans le but de favoriser une meilleure compréhension de l’aluminium, en ce qui touche une question de santé éventuelle.
On a déjà mentionné la première de ces initiatives, c’est-à-dire la possibilité d’établir une recommandation pour la qualité de l’eau potable au Canada pour l’aluminium.
Les autres initiatives comprennent :

  • la conception d’études à venir sur les humains et les animaux pour déterminer les risques de l’aluminium pour la santé;
  • l’examen des données d’études sur les animaux en ce qui a trait aux composés d’aluminium;
  • une étude de fais abil ité relative à la possibilité d’effectuer des études sur la santé dans des régions où l’eau potable peut être contaminée par l’aluminium par suite des effets des pluies acides; et
  • l’analyse approfondie des résultats d’un programme de recherche sur la maladie d’Alzheimer qui visait l’aluminium comme un des facteurs de risque possibles.

En outre, les taux d’aluminium dans les aliments (notamment les aliments pour bébés) sont analysés afin d’évaluer la quantité d’aluminium que les personnes consomment par jour et de déterminer s’il y a lieu d’accroître la réglementation en ce domaine.

 

IMPACT NÉGATIF des SUBSTANCES CHIMIQUES sur la REPRODUCTION HUMAINE

IMPACT NÉGATIF des SUBSTANCES CHIMIQUES sur la REPRODUCTION Humaine

IMPACT NÉGATIF des SUBSTANCES CHIMIQUES

IMPACT NÉGATIF des SUBSTANCES CHIMIQUES  ont un impact négatif sur la reproduction humaine, selon un rapport de l’association GreenPeace international qui met en garde contre l’augmentation des cas de stérilité et les anomalies génitales dans les pays industrialisés.

Le document, Attention fragile : reproduction et exposition chimique, fait l’inventaire de nombreuses études scientifiques parues ces dernières années, précise mardi Greenpeace dans un communiqué.

Les auteurs notent qu’en 50 ans, les analyses de sperme révèlent une diminution de 50 % du nombre de spermatozoïdes actifs. Toujours selon le rapport, depuis 1960, le nombre de couples stériles a plus que doublé dans les pays industrialisés (de 7 à 8 % en 1960 à 15-20 % aujourd’hui).

La tendance est particulièrement marquée dans certaines zones rurales aux États-Unis et au Canada, ainsi qu’en Suède, Allemagne, Norvège, Japon, Pays-Bas, Danemark et en Amérique Latine.

En outre, selon l’étude, le ratio de natalité filles/garçons, traditionnellement favorable aux garçons, s’est inversé. Le cancer des testicules s’est développé.

Anomalies

Au nombre des anomalies, les auteurs signalent encore la précocité accrue de la puberté chez les femmes ou chez des immigrantes d’Asie et d’Amérique latine; le développement de l’endométriose (prolifération de la muqueuse tapissant la cavité utérine dans des endroits anormaux) chez les femmes observé aux États-Unis (1 sur 10 affectée, entraînant 100 000 hystérectomies par an).

«Les causes exactes de l’augmentation de ces troubles de la reproduction sont encore méconnues», indique le rapport qui remarque toutefois que ce phénomène se développe parallèlement à l’essor de la production et de l’utilisation de certaines substances chimiques.

Au nombre des coupables, l’organisation cite les kylphénols et apparentés (dans les nettoyants, certains produits de soin du corps..); les phtalates (plastifiants, dans les solvants et fixateurs de certains cosmétiques); les composés organo étains (agrochimie, catalyseurs); le bisphénol-A et ses dérivés (production de plastique pour biberons, CD, pare-brises), les muscs artificiels (mélanges de fragrances pour détergents, tissus, après-shampoing et certains cosmétiques parfumés)…

LES PESTICIDES

LES PESTICIDES

LES PESTICIDES

Les Pesticides alimentaire

Pesticides omniprésents

Ou le prix à payer pour avoir ces fruits et légumes « parfaits » dans notre assiette!

Suite..

L’importance de l’exposition aux pesticides, notamment par voie alimentaire, est mise en évidence par deux études. La première, réalisée par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) et publiée fin avril, montre que 6 % des fruits et légumes testés présentaient des teneurs en pesticides dépassant la limite maximale de résidus (LMR).

Pesticides
Les Pesticides

La seconde, présentée mercredi 7 mai par l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Ineris), conclut que « les enfants franciliens sont exposés à des pesticides variés, dont certains interdits depuis plusieurs années, alors que leurs parents ne sont pas professionnellement exposés ».

Sur les 3 500 échantillons de fruits et légumes prélevés en 2006 par la DGCCRF, 55,6 % ne contenaient pas de résidus de pesticides. Des teneurs inférieures à la LMR ont été détectées dans 38,4 % de ces échantillons. Mais, pour les légumes, 6,3 % des échantillons sont non conformes, car excédant la LMR. « Les dépassements concernent essentiellement les poivrons et piments, les lentilles et les aubergines », précise la DGCCRF, qui indique que « les salades, les pommes de terre, les endives, les carottes et les tomates ont un taux de dépassement de la LMR inférieur à la moyenne ».Les pesticides sont plus fortement présents dans les fruits : 58,6 % des échantillons comportaient des résidus à des teneurs inférieures au maximum autorisé et 5,5 % étaient non conformes.  »

Pesticides
Les Pesticides

Les dépassements concernent essentiellement les fraises, les mandarines, les poires. Les oranges, les avocats et les pommes ont un taux de dépassement de la LMR inférieur à la moyenne », note la DGCCRF. Le pourcentage de non-conformité a très légèrement diminué par rapport à l’année précédente, passant de 6,7 % à 6 %, mais les données de l’année 2004 indiquaient un taux de 3,9 %. Pour François Veillerette, président du Mouvement pour les droits et le respect des générations futures (MDRGF), ces chiffres « montrent l’urgence de mettre en application la mesure de réduction de l’usage des pesticides prise dans le cadre du Grenelle ».

 

L’étude de l’Ineris, réalisée avec l’université Paris-V, a évalué l’exposition aux pesticides de 130 enfants répartis dans l’Ile-de-France, 73 vivant en pavillon et 57 en appartement. Un total de 31 composés (insecticides, herbicides et fongicides) a été pris en compte et les prélèvements ont été effectués dans l’air, sur les poussières au sol et sur les mains des enfants. Les produits du métabolisme des insecticides ont été recherchés dans les urines. Au moins un produit de type pesticide se trouvait dans 94 % des logements : insecticide dans 93 % des cas, fongicide pour les plantes dans 30 % des cas et herbicide dans 32 %.

 

Le lindane, un insecticide désormais interdit en France, était le pesticide le plus fréquemment retrouvé dans l’air (88 % des logements). Le fait le plus marquant porte sur les pesticides organophosphorés : 70 % des enfants excrétaient au moins l’un des six métabolites urinaires des organophosphorés, alors que ceux-ci étaient détectés moins fréquemment dans l’environnement intérieur. « Cela peut signifier qu’il existe une autre source d’exposition que celles que nous avons recherchées. Cela pourrait être la voie alimentaire, indique Olivier Blanchard, responsable de l’étude. Des prélèvements alimentaires seraient donc indispensables pour passer au stade des certitudes sur la voie alimentaire d’exposition aux pesticides. »

BÉBÉS Victimes de Contamination par les Produits CHIMIQUES et TOXIQUES

BÉBÉS Victimes de Contamination par les Produits CHIMIQUES et TOXIQUES

BÉBÉS Victimes de Contamination
BÉBÉS Victimes de Contamination par les Produits CHIMIQUES et TOXIQUES
Bien avant sa naissance, alors qu’il est encore dans l’utérus de sa mère, un bébé est aujourd’hui exposé à des centaines de produits toxiques.

De plus en plus de bébés victimes de contamination

L’exposition aux centaines de produits toxiques fabriqués par l’industrie chimique commence, chez l’enfant à naître, dans l’utérus, selon les résultats d’une étude américaine dont l’impact médiatique et politique dépassait déjà grandement hier l’importance scientifique.

À la demande de l’Environmental Working Group (EWG), groupe écologiste, deux laboratoires ont détecté au total 287 produits chimiques dans des échantillons de sang de cordon ombilical. De ces produits, 180 sont cancérigènes, 217 sont neurotoxiques et 208 peuvent causer des malformations congénitales.

Les produits font partie de neuf grandes familles chimiques, comme les pesticides organochlorés, les dioxines et furannes, les biphényles polychlorés (BPC), les biphényles polybromés (PBDE) et les produits perfluorés, comme le Teflon.

La recherche a porté sur 10 échantillons choisis au hasard dans la banque de la Croix-Rouge. C’est peu, mais les résultats ont été publiés accompagnés d’une lettre d’appui de 10 pédiatres éminents. Plusieurs politiciens américains en ont profité pour demander une réglementation beaucoup plus sévère deplus lues, hier, sur Internet.

Bien que basée sur un faible échantillonnage, la recherche d’EWG va dans le sens de plusieurs autres études, dont certaines réalisées au Québec. Cette recherche, comme d’autres avant elle, souligne surtout le manque total de données toxicologiques sur les dizaines de milliers de produits chimiques inventés et mis sur le marché depuis 60 ans.

«Pour moi, ce n’est pas nouveau, dit le Dr Éric Dewailly, dede santé publique du Québec. Ils ont fait 10 échantillons de sang de cordon et j’en ai fait 3000 au Québec depuis 10 ans. Pratiquement tout passe de la mère au bébé.»

Ce qui est nouveau, c’est l’augmentation fulgurante des capacités techniques de détection des produits chimiques, dit-il. «Les appareils sont devenus très puissants: c’est comme détecter une banane entre la Terre et la Lune, dit-il. Ils ont trouvé 300 produits, mais ils auraient pu en trouver 1500.»

Le Dr Dewailly est un pionnier de la toxicologie au Québec. C’est lui qui a effectué les premières recherches sur la contamination de nombreuses études, notamment sur la contamination chimique du lait maternel au Québec.

Si les capacités de détection explosent, les connaissances sur la toxicité des produits chimiques piétinent, dit-il. «On croule sous l’ampleur de la tâche. Nos outils d’évaluation de risque ne sont plus à la hauteur. On n’a aucune idée de la toxicité de la plupart de ces produits. On est dans un cul-de-sac.»

La tâche est d’autant plus ardue qu’il est impossible d’étudier les interactions entre tous ces produits. «On a un résultat qu’on n’est pas capable d’interpréter, dit-il. Ces produits agissent ensemble comme un mélange complexe.»

Il ne croit pas pour autant que la présence des produits soit nécessairement néfaste. «Ce serait mieux s’il n’y avait rien, bien sûr, mais il faut se demander s’ils sont toxiques aux doses observées», dit-il.

Quoi qu’il en soit, de telles études et l’incertitude qui règne sur la toxicité des produits chimiques apportent de l’eau au moulin de groupes qui demandent une réglementation plus stricte dede l’Association pour les maladies environnementales, les hypersensibilités et les allergies du Québec. Ce sont les premières générations à être massivement exposées à des produits chimiques dès leur naissance.»

Au Canada, le gouvernement fédéral a lancé une revue de 26 000 produits chimiques et a dû ajouter cette année 90 millions au budget annuel de 29 millions de ce programme. Malgré tout, estime M. Gaudet, le travail ne sera pas fini avant 2025. «Pendant ce temps, les problèmes de santé chez les enfants augmentent, comme l’autisme, les troubles d’attention», dit-il. L’industrie chimique. La nouvelle était parmi les l’Institut national chez les Inuits, et il a publié l’industrie. «Ce qu’on ne sait pas, c’est l’avenir.
La Presse