Tag: plantes

LES ACARIENS qui sont-ils? Allergies, démangeaisons, asthme

LES ACARIENS qui sont-ils? Allergies, démangeaisons, asthme

Les Acariens Allergies aux acariens Protégez-vous !

les acariens

Les Acariens

Par Max François – Protégez-vous.com

ALLERGIES aux ACARIENS
Les
acariens petits mais nocif ! Les acariens ont beau ne pas être visible à l’œil nu, les acarien ne sont pas pour autant inoffensifs presque la moitié des asthmatiques y sont allergiques ! Les acariens adorent se réfugier dans tous les recoins de la maison, surtout les zones poussiéreuses et humides où les acariens peuvent trouver l’essentiel de sa nourriture nos peaux mortes,un adulte perd en moyenne par jour 1,5 grammes de peaux mortes par jour, de quoi nourrir 1 millions d’acariens. Pas étonnant en conséquent si on vous dit que les literies sont le paradis des acariens.

Les acariens ne sont jamais plus nocifs que lorsqu’ils ont bien mangés. Le principe allergène réside en effet dans ses matières fécales qui restent en suspension en l’air. A leur inhalation, c’est un grand classique des réactions allergiques : éternuements à répétition, nez pris, yeux en pleurs, et dans les cas les plus graves, crises d’asthme. Elles surviennent en matinée ou au moment de se coucher, et lors du dépoussiérage de la maison et disparaissent dès qu’on a mis le pied dehors.

Remèdes

Face aux acariens, la discipline est de rigueur. Une hygiène irréprochable doit régner pour faire de votre habitat leur pire enfer. Les conseils suivants vous aideront à y parvenir. Et au cas où, vous entamez des séances de désensibilisation, qui éradiquera votre allergie.

  • Les chambres à coucher et plus particulièrement les literies sont les endroits stratégiques à traiter. Préférez les matières synthétiques aux matières naturelles (des oreillers en polyester plutôt qu’en plume d’oie).
  • Changez de draps au moins une fois par semaine en prenant garde de ne pas propager les allergènes en les retirant. Protégez votre matelas à l’aide d’une housse anti-acarien de qualité médicale. Dans votre chambre, faîtes régulièrement la poussière. Passez l’aspirateur 2 fois par semaine. Bannissez les plantes d’intérieur.
  • Aérer fréquemment votre chambre et ne la chauffez pas trop. Faîtes en sorte de maintenir l’humidité à un niveau bas.
  • Un aspirateur puissant vous permettra d’être plus efficace contre les acariens. Utilisez des filtres HEPA qui purifient l’air et stoppent la plupart des particules présentes chez vous.
  • Pour vos tapis et moquettes, appliquez du shampoing anti-acariens deux fois par an. Pour vos tissus d’ameublement, vous pouvez vous procurer des produits acaricides.

HERBE à POUX AMBROSIA – Symptômes reconnaître l’Herbe à Poux – Comment l’éliminer au Québec

HERBE à POUX AMBROSIA – Symptômes reconnaître l’Herbe à Poux – Comment l’éliminer au Québec

Herbe à Poux ou Ambrosia au mois Août

Herbe à poux (Ambrosia artemisiifolia L.)

L’Ambrosia croît dans les endroits ensoleillés, secs, souvent pauvres et où il n’y a pas de compétition avec d’autres espèces végétales. Pour éviter son établissement, il suffit de limiter les sols à nu, en procédant à un ensemencement de plantes adaptées aux conditions du site et en favorisant la vigueur par de la fertilisation.Le contrôle de l’Ambrosia n’éliminera pas totalement le problème mais permettra de réduire le taux de pollen dans l’air et ainsi aider un très grand nombre de personnes incommodées par cette allergie saisonnière.

HERBE à POUX ou AMBROSIA

Les Symptômes – Reconnaitre l’Herbes à Poux et comment l’éliminer

Nez bouché, yeux qui coulent et qui piquent, du mois d’août aux premières gelées, l’herbe à poux fait encore des victimes. Alors sans plus attendre, apprenons à identifier cette mauvaise herbe qui porte le nom latin d’Ambrosia artemisifolia. Une fois démasquée pour lutter contre ce problème, il suffit de procéder à l’arrachage ou à la tonte très courte juste avant la floraison. Il n y a aucun risque de réaction allergique au toucher.

L’apparence de l’herbe à poux

L'herbe à poux - son apparenceL’herbe à poux avec sa tige couverte de poils et ses feuilles d’un vert grisâtre.

À quoi ressemble cette plante annuelle, responsable de l’inconfortable rhume des foins ? Elle a plutôt l’allure inoffensive et s’apparente à presque n’importe quelle mauvaise herbe. Voilà donc son atout : savoir passer inaperçue!

La petite herbe à poux atteint une hauteur moyenne de 70 cm. Sa tige, couverte de poils, est surmontée de feuilles d’un vert grisâtre, minces et étroitement découpées. Elles sont opposées à la base et alternent dans le haut. Pendant les mois de juin et de juillet, la plante se garnit de petites fleurs vertes regroupées en forme d’épi au sommet des tiges. En août, la floraison éclate pour laisser s’envoler dans l’air des milliards de grains de pollen. Et voilà, le mal est fait!

Un habitat urbain

Pour éliminer l’herbe à poux, encore faut-il savoir où elle a élu domicile. L’indésirable favorise la vie en commun et s’épanouit en colonie, encouragée par les rayons du soleil.

La petite herbe à poux semble avoir un penchant pour les emprises de voies ferrées, le bord des trottoirs, les chantiers de construction, les terrains mal entretenus, un coin de terre dénudé où le calcium a brûlé la pelouse, dans un recoin du jardin où le sol a été remué. Elle pousse comme… une mauvaise herbe!

Des symptômes plutôt désagréables

Mine de rien, la petite herbe à poux cause beaucoup d’inconfort à plus de 17,5% de notre population. Son pollen provoque chez certains malchanceux une sévère réaction :

  • Irritation du nez
  • Picotement de l’arrière-gorge
  • Éternuements à répétition
  • Yeux enflés et larmoyants
  • Congestion des sinus
  • Toux rauque allant jusqu’à l’asthme chronique pour certains

    Pollen - herbe à poux

  • Problèmes de santé, coût social galopant engendré par les frais médicaux et l’absentéisme au travail, voilà quelques-unes des conséquences de ce phénomène qui mérite toute notre attention. Une solution radicale s’impose : enrayer le problème à la source en se débarrassant de la coupable!

 

Ne pas confondre avec l’herbe à puce

L’herbe à puce a plutôt tendance à pousser à proximité des zones boisées. Cette plante porte des feuilles trifoliolées et des fruits durs dont la couleur varie du jaune au blanc terne. Ces feuilles sont presque lisses, parfois lustrées et alternent sur une tige ligneuse. Son contact avec la peau provoque aussitôt des démangeaisons cutanées.

L’herbe à poux, de son côté, ne présente aucun danger au toucher et peut donc être arrachée sans conséquence en tout temps. Et lorsqu’on apprend que la capacité de survie de ses graines dans le sol est de plus de 40 ans, on réalise l’importance de prendre tous les moyens nécessaires pour la faire disparaître aussitôt repérée.

Petite herbe à poux

La petite herbe à poux semble avoir un penchant pour les zones habitées.

Herbe à puce 1 Herbe à puce 2

L’herbe à puce a plutôt tendance à pousser à proximité des zones boisées.


En venir à bout… avant août!

Comment se défaire de cette plante détestable ? Le plus simple est encore de l’arracher. C’est facile à réaliser puisqu’elle possède un système de racine peu développé. Mais attention! Il faut absolument effectuer l’opération en juin ou en juillet au plus tard, c’est-à-dire avant la floraison.

Entretenir régulièrement sa pelouse. La tondre uniformément principalement en bordure du terrain en s’assurant de garnir les coins dénudés, voilà autant de moyens de prévenir l’apparition de cette mauvaise herbe.

Même si l’arrachage demeure le moyen de destruction le plus pratique, on peut, dans le cas d’un terrain couvert d’herbe à poux, raser régulièrement au sol les indésirables. De cette façon, on empêchera de donner libre cours à leur floraison si dévastatrice. Si toutefois on ne peut en venir à bout, les services de professionnels pourront sans aucun doute sauver un terrain infesté.

Pour en savoir davantage sur l’herbe à poux, communiquez avec l’Association pulmonaire du Québec au 1 800 295-8111 poste 232

Les VIRUS (3e partie)

Les VIRUS (3e partie)

Les VIRUS (3e partie)

Les VIRUS (3e partie)🦠 les vitamines et minéraux

Vitamine A :
La vitamine A est surtout apportée par les graisses animales et stockée dans le foie. L’organisme est également capable de transformer en vitamine A le bêta-carotène et d’autres caroténoïdes contenus dans certains fruits et légumes.

La vitamine A, particulièrement celle obtenue par les bêta-carotènes, intervient directement dans le processus immunitaire. La meilleure façon de s’assurer d’un bon apport en vitamine A, est de le faire par l’intermédiaire du bêta-carotène et des caroténoïdes. Consommer de nombreux légumes et fruits à chair jaune et orangée et même verte. Les bonnes sources sont : les carottes, l’abricot, la mangue, le melon, la citrouille, la tomate, le poivron rouge, le brocoli etc.

Il est préférable, plus efficace et plus sécuritaire, de s’assurer d’un apport en vitamine A sous forme de comprimés de Bêta-corotène. En effet les comprimés de vitamine A, lorsque pris en excès, peuvent devenir toxiques.

Dosage :10.000 U.I. par jour sous forme de bêta-carotène

Vitamine C :
Augmente l’immunité de l’organisme et la résistance aux infections. Protège l’organisme contre les différentes formes de pollutions. Les recherches ont démontré qu’une prise élevée de cette vitamine a pour effet de charger certaines cellules de défense les plus importantes de notre système immunitaire, les aidant à se déplacer plus rapidement pour aller à la recherche de bactéries et virus. On a également constaté que la vitamine C diminuait le taux d’histamine dans l’organisme; cette substance chimique générée par le corps peut aller à l’encontre de la réponse immunitaire.
Ce qu’il faut retenir concernant cette vitamine est que, si elle ne prévient pas nécessairement l’infection, elle augmente par contre considérablement le niveau de réponse du système immunitaire et permet à l’organisme de combattre l’attaque pathogène plus efficacement.

Dosage :

En prévention 1.000 mg par jour en 2 ou 3 prises. En cas d’infection, 1.000mg toutes les 4 ou 6 heures. A forte dose, la vitamine C peut provoquer de la diarrhée, mais n’est pas toxique. Ajuster la dose selon votre réceptivité.

Vitamine E et Sélénium :
Cette vitamine est surtout reconnue pour son fabuleux pouvoir antioxydant. Cependant elle augmente également l’aptitude du système immunitaire à lutter contre les maladies infectieuses. La vitamine E est plus efficace lorsque accompagnée de Sélénium.

Dosage :De 400 à 800 U.I. par jour. Si vous souffrez d’hypertension artérielle, commencez par de petites doses et augmentez progressivement les doses. Consultez votre praticien de santé.

Zinc :
Voici un autre agent antiviral très important. Pour pouvoir lutter efficacement contre un envahisseur indésirable, l’organisme à absolument besoin du Zinc et des enzymes dont il est le cofacteur. Ils œuvrent en synergie pour contribuer à construire de nouvelles cellules de défense immunitaire qui sont utilisées par l’organisme pour lutter contre les bactéries et virus.

Dosage :Ne pas dépasser 10 mg par jour, sauf sous contrôle de votre praticien de santé.

Suppléments alimentaires

Les VIRUS (3e partie)

Les probiotiques :
Le terme » probiotique » désigne les » organismes vivants qui, ingérés en quantité suffisante, exercent des effets bénéfiques sur la santé allant au-delà des vertus nutritionnelles inhérentes » Cette définition souligne le fait que le produit en question doive contenir des populations suffisantes de micro-organismes vivants. Elle indique également que les bienfaits pour la santé ne se limitent plus simplement à l’amélioration de l’équilibre microbien, mais peuvent recouvrir d’autres effets comme, par exemple, réduire la maldigestion du lactose ou moduler le système immunitaire.

Les recherches réalisées jusqu’à ce jour ont surtout porté sur ses éventuels effets hypocholestérolémiant, antimicrobien et immunomodulateur ainsi que sur son rôle dans la prévention du cancer du côlon.

L. acidophilus présente une activité antagoniste contre différents pathogènes. Des études in vitro ont démontré l’inhibition de différentes bactéries telles que Helicobacter pylori , Yersinia pseudotuberculosis, Salmonella typhimurium, et Shigella sonnei, en présence de L. acidophilus. De plus, des études chez l’animal ont permis de mettre en évidence un effet préventif contre les infections provoquées par Escherichia coli , Listeria monocytogenes et Shigella sonnei.

On a attribué des effets immunomodulateurs à différentes bactéries lactiques et il a été démontré que L. acidophilus active in vitro plusieurs cytokines dont l’interféron (IFN)-g, le facteur de nécrose tumorale a (TNFa) et l’interleukine (IL)-1b. Des études effectuées sur des souris ingérant L. acidophilus ont montré une augmentation du taux de cellules productrices d’IgA et de cellules productrices d’IgG, ainsi qu’une réponse proliférative dans la muqueuse intestinale et dans le sérum.

Les suppléments de probiotiques sous forme de capsules de culture de yogourt sont une bonne façon de réintroduire dans l’organisme les cultures de bactéries bénéfiques à la santé, et de rééquilibrer la flore intestinale en contrôlant les bactéries et micro-organismes pathogènes. Une flore intestinale en santé est un obstacle de plus pour un virus.

Dosage :Des doses allant de 2 à 5 milliards de bactéries lactiques actives, prises de 2 à 3 fois par jour, selon les cas.

Les VIRUS (3e partie)

L’ail :
L’Ail était utilisé pour ses propriétés anti-bactériennes bien avant la découverte des microbes. Les pharaons en donnaient chaque jour aux esclaves constructeurs de pyramides.

L’usage le plus traditionnel de l’Ail a été pour lutter contre les rhumes, grippes et autres refroidissements pour ses propriétés comme antibiotique naturel et son action dans les nombreuses infections.

En Chine, un traitement utilisant des injections intraveineuses d’Ail, a donné de meilleurs résultats que le traitement chimique conventionnel, dans le traitement d’une maladie fongique cérébrale très sérieuse. Les qualités bactéricides des nombreuses huiles essentielles volatiles contenues dans l’Ail, telles que l’allicine, en font un allié de choix contre de nombreuses infections et affections, notamment de types parasitaires ou fongiques.

Dosage :

Lorsque pris sous forme de comprimés, on recommande la forme de comprimés entériques, de façon à éviter la destruction des éléments actifs par les acides de l’estomac. Une posologie de 500mg 1 à 2 fois par jour est conseillée pour obtenir les meilleurs résultats.

La recette du Dr Paul Berlaiche:

Les VIRUS (3e partie)

Rappelons la recette du Dr Paul Berlaiche, pour contrer une attaque virale, particulièrement de la grippe. Il est recommandé de prendre cette tisane dès les premiers symptômes et de la préparer si possible à partir de plantes biologiques :

  • 1 bâton de cannelle
  • 2 cuillerées à café de sarriette
  • 5 clous de girofles Faites bouillir 3 minutes dans un litre d’eau et laisser ensuite 5 minutes à feu moyen. Filtrer la tisane et boire en 3 fois durant la journée.

Prendre en oligo élément: Cuivre (3 à 4 prises la première journée de l’affection.

En résumé

S’il y a une leçon à retenir des grandes épidémies, est qu’en règle générale, les individus les plus faibles, personnes souffrant déjà de problèmes de santé, sont les plus vulnérables et sont généralement les premières victimes.
Les personnes possédant le meilleur système immunitaire et jouissant d’une bonne santé, résistent beaucoup mieux à une attaque virale. S’ils sont atteints par l’infection, ils ressentiront les symptômes provoqués par la résistance de leur organisme face à l’agression. Une forte fièvre, par exemple, est un de ces symptômes, et un des moyens utilisés par l’organisme pour vaincre le virus ou autre agent pathogène.

En cas d’attaque virale il faut être attentif aux symptômes et consulter rapidement pour obtenir un diagnostic médical précis sur le genre d’infection.

Source:santeaunaturel.com

MOUSTIQUES – PIQÛRES de MOUSTIQUES – Soulager et Guérrir Rapidement les Piqures de Moustiques avec du CITRON, VINAIGRE, PERSIL…

MOUSTIQUES – PIQÛRES de MOUSTIQUES – Soulager et Guérrir Rapidement les Piqûres de Moustiques avec du CITRON, VINAIGRE, PERSIL…

MOUSTIQUES
Piqûres de Moustiques –
L’été est là et les piqûres de moustiques aussi, soyez prêt !

Une bonne partie de pêche, une belle balade en forêt ou encore vous êtes tranquille a regarder les étoiles… Qui n’a pas eu cette mauvaise expérience de ces fameux moustiques qui arrivent à la charge pour vous gâcher ces bons moments tant appréciés?

Vous vous êtes fait piquer par un ou plusieurs moustiques et les piqûres de moustiques vous démange à un tel point qu’elles vous obligent à vous gratter ? Alors STOP !
Car si vous vous grattez à l’extrême vous allez accroître l’effet de la piqûre de moustique et vous aurez des boursouflures qui finiront par des croûtes de sang!

Comment soulager rapidement les piqûres de moustiques?

piqures de moustiques

Suivez ces quelques conseils pour éviter le pire.

Les Plantes ou feuilles:

  • PERSIL – Prenez plusieurs feuilles de persil, roulez-les entre vos doigts en pressant pour en faire sortir le suc, ensuite, frottez directement sur les piqûres de moustiques puis laisser à l’air libre pendant environ 30 minutes. Vous pouvez remplacer le persil par de l’ail, de la menthe, du pissenlit, et même du trèfle ce qui est pratique en camping!
    Ensuite, bien laver avec un savon antiseptique, ou alors bien rincer et appliquer un gel antibactérien.

Le Bicarbonate de sodium:

  • Mélanger au bicarbonate 1/4 d’eau avec 3/4 de Bicarbonate de sodium. Appliquer cette solution avec un coton et attendre 20 minutes sur les piqûres de moustiques. Rincez et appliquer un gel antibactérien.

Le Citron:

  • Le citron désinfecte et nettoie les plaies. Prenez un demi citron pressez le jus de citron directement sur les plaies et frottez la pulpe du citron sur les piqûres. Vous pouvez utiliser également du vinaigre blanc, imbibez un coton et laissez agir sur la piqûre 10 minutes.

L’oignon:

  • L’oignon est un moyen naturel pour soulager les démangeaisons. Prenez un oignon le couper en 2 et le presser pour en faire sortir le suc, frottez les sucs sur la piqure de moustique et laissez agir quelques minutes. L’effet de la démangeaison devrait cesser très rapidement. Rincez et appliquer un gel antibactérien.

Les huiles essentiels:

  • L’huile d’Arnica
    L’huile d’Arnica à des propriétés anti-inflammatoires, apaisantes et stimulatrices de la circulation sanguine.
    Imbibez un coton avec un peu d’huile d’Arnica et appliquez directement sur les piqûres de moustiques, laisser agir quelques minutes puis rincez.
  • L’huile de Melaleuca ou Tea tree
    L’huile de Tea Tree citronné naturelle à 100% est aussi très efficace pour éloigner les moustiques et les insectes. Vous devez en appliquer sur les parties du corps qui seront exposés aux piqures de moustiques . On lui attribue aussi des vertus exceptionnelles contre des petits problèmes de la peau, elle est un anti-inflammatoire très puissante. Cette huile arrête la démangeaison et désinfecte instantanément. Suivez les mêmes directives que pour l’huile d’Arnica en cas de piqûres de moustiques.

Les sources de chaleur

  • Pour soulager instantanément les piqûres de moustiques les sources de chaleur sont très efficaces.
    Si vous appliquez rapidement une source de chaleur près de l’endroit de la piqûre, la sensation de douleur sera atténuée sans pour autant provoquer de brûlure.

    1- Utilisez de l’eau bouillante ou très chaude. Trempez un tissu dans l’eau chaude et tapotez la piqure du linge chaud pendant une dizaine de secondes pour soulager l’irritation.

    2- En camping, emportez une source de chaleur comme par exemple une loupe, et chauffez la zone piquée.

    N’importe quelle source de chaleur est utilisable. Vous pouvez aussi approcher un bout de cigarette allumée de la piqûre de moustique, approchez à environ 1 cm de la piqûre de moustique, cela sera très efficace.

PRODUITS DOMESTIQUES Grands responsables des INTOXICATIONS

PRODUITS DOMESTIQUES grands responsables des INTOXICATIONS.

PRODUITS DOMESTIQUES

Recherche et rédaction: SOPHIE POITRAS, collaboratrice
Selon l’Institut national de santé publique du Québec, les produits domestiques sont responsables de 48% des cas d’intoxication au Québec. Ce pourcentage grimpe à 65% chez les enfants de moins de 2 ans.


Tableau 4

Le tableau ci-contre, publié dans le Bulletin d’ information toxicologique, démontre qu’il y a encore plus d’intoxications aux produits domestiques qu’aux médicaments.

Répartition selon la nature du produit ou de l’ingrédient

Produits

Fréquence

%

Pesticides

2201

4,58

Médicaments

20717

43,07

Produits domestiques

23491

48,84

Produits industriels

1692

3,52

Dans le tableau qui suit, on dénombre les cas d’intoxication rapportés au Centre Anti-Poison du Québec selon les différents produits, en rapport avec les groupes d’âge.

Tableau 5
STATISTIQUES PAR PRODUIT
ANNÉE 2001

PRODUITS

NOMBRE DE CAS

GROUPE D’ÂGE (%)

0-5 ANS

6-15 ANS

16-45 ANS

PRODUITS DOMESTIQUES

Hydrocarbures (peintures, vernis, diluants,
décapants, allume BBQ, etc.)

3133

20,78

5,68

26,14

Aliments

1811

19,16

8,78

26,78

Pesticides (LC)

2201

35,71

7,22

17,17

Plantes

1749

69,07

6,06

4,97

Cosmétiques (crèmes, maquillage)

2352

69,64

6,12

5,65

Monoxyde de carbone

670

4,48

3,88

55,37

Nettoyeurs domestiques

1440

62,22

3,19

10,63

Eau de Javel

1156

24,83

5,71

16,35

Drogues de rue

896

2,23

8,37

65,29

Savons et détersifs

748

74,33

4,01

6,15

Méthanol

361

16,90

2,49

33,52

Parfums, eaux de toilette & eaux decologne

473

71,88

6,34

5,71

Corrosifs domestiques (débouche-tuyaux, nettoyeurs à four, etc.)

572

36,71

3,15

13,99

Champignons

386

60,62

6,48

9,84

Chlore à piscine

476

12,82

11,34

25,63

Gaz et mélanges dégageant un gaz

211

2,84

4,74

31,75

Shampooings

233

77,25

7,30

5,15

Éthylène glycol

214

10,75

27,57

18,22

Lire plus

Laissez la Nature nourrir et guérir votre corps.

Monique Toubeix