Tag: ail

PRODUITS ENTRETIEN MÉNAGER – COMMENT nos PRODUITS d’entretien Ménager peuvent rendre nos enfants malades et même leur enlever la vie.

PRODUITS ENTRETIEN MÉNAGER COMMENT nos PRODUITS d’entretien Ménager peuvent rendre nos enfants malades et même leur enlever la vie.

PRODUITS ENTRETIEN MÉNAGER

CHAPITRE 1

NOUS EMPOISONNONS NOS ENFANTS SANS LE SAVOIR
avec nos produits entretien ménager

par: Debra Lynn Dadd
PRODUITS ENTRETIEN MÉNAGER

PRODUITS ENTRETIEN MÉNAGER

Comme parent, vous faites tout ce que vous pouvez pour vos enfants, pour protéger la vie, la santé et le bien-être de vos enfants, n’est-ce-pas ? Bien sûr que vous le faites. Vous leur fournissez de la nourriture nutritive, vous vous assurez qu’ils respirent de l’air frais, qu’ils font de l’exercice, vous leur enseignez à regarder avant de traverser la rue, enfin, vous les protégez des dangers évidents tels que les brulûres, les chutes, les décharges électriques, les noyades, etc…..

Il y a un autre danger que vous devez connaître: les produits toxiques et chimiques présents dans nos foyers. Les scientifiques et les médecins viennent de découvrir qu’il existe un rapport étroit entre notre santé et l’utilisation quotidienne des produits d’entretien chimiques dans nos maisons. Comme tout le monde, vous utilisez sûrement des dizaines de produits de nettoyage et d’entretien, achetés à l’épicerie, à la quincaillerie, etc., qui contiennent des éléments chimiques dangereux pour vous et vos enfants.

Depuis la deuxième guerre mondiale, il y a augmentation dramatique du nombre de produits chimiques, fabriqués par les hommes, que nous utilisons dans nos foyers. Dans un foyer normal, nous pouvons retrouver environ 63 produits dangereux contenant des centaines d’éléments chimiques. En même temps, nous observons une augmentation dramatique de problèmes de santé chroniques, surtout chez les enfants. Plusieurs sont atteints d’asthme, de problèmes d’apprentissage et de comportement, de cancer, etc. Comme tout le monde, vous connaissez sûrement un ou des enfants affectés par certaines de ces maladies. Des recherches nous indiquent que ce n’est pas par pure coincidence que l’augmentation des problèmes de santé arrive en même temps que l’augmentation de l’utilisation des produits chimiques dans nos maisons.

Dans ce petit exposé, nous vous démontrons les dangers des produits chimiques sur la santé et nous vous fournissons les moyens de protéger votre famille. En effet, c’est facile de protéger vos enfants lorsque vous avez l’information adéquate. Alors, allons-y pour l’information.

http://images.francetop.net/uploads/produits%20nettoyants%20toxiques_31696.jpg

L’AUGMENTATION DES MALADIES CHRONIQUES
CHEZ LES ADULTES ET LES ENFANTS

Avons-nous toujours été malades? Au début du 20è siècle, la proportion des gens atteints du cancer était de 1 sur 50. Aujourd’hui, 1 individu sur 3 sera atteint du cancer au cours de sa vie, sans compter les risques que cette proportion augmente à 1 sur 2 au cours du 21è siècle. Le cancer est la cause numéro 2 des décès chez les adultes et la cause numéro 1 chez les enfants. Depuis 1977, l’augmentation du nombre d’enfants atteints du cancer en Amérique dépasse le 1% par année.

Parlons de l’augmentation des naissances de bébés atteints de maladies chroniques. Au moins 150,000 bébés naissent chaque année avec des anomalies pour des raisons inconnues. Un autre 500 000 bébés meurent de grossesses non rendues à terme (fausse-couche) et un autre 24 000 dépassent le terme d’une grossesse ou meurent à la naissance. L’infertilité est en augmentation constante; au moins 2 millions de couples ne peuvent concevoir un enfant.

L’asthme était une maladie très rare. Maintenant, c’est très commun. Le nombre de cas d’asthme a triplé depuis les 20 dernières années; environ 20 à 30 millions de Nord-américains en seraient affectés. Chez les enfants, l’asthme a connu une agmentation de 40% depuis 1980. Les décès chez les enfants et les jeunes ont augmenté de 118% entre 1980 et 1993.

Le manque d’attention et de concentration chez les enfants et adultes est aussi en augmentation constante. En 1993, environ 4,5 millions d’enfants prenaient du Ritalin pendant un certain temps pour se calmer et pour favoriser leur apprentissage. En 1998, 11,4 millions de jeunes prenaient cette puissante drogue.

Ces statistiques nous démontrent que l’état de santé de nos enfants se dégrade de plus en plus. Les maladies qui n’existaient pas lorsque j’étais jeune sont maintenant monnaie courante. Il y en a tellement que presque tout le monde connaît au moins un enfant dans sa famille ou chez un ami proche qui souffre d’asthme, de cancer, de difficultés d’apprentissage et de comportement, d’hyperactivité, etc. Est-il possible que ces maladies dépendent de l’exposition aux produits toxiques et chimiques ?

Bien que d’autres facteurs soient en cause, plusieurs scientifiques font le lien entre ces maladies et l’exposition fréquente aux vapeurs des produits chimiques. L’augmentation des maladies chez les enfants est tellement dramatique que la nécessité d’un environnement sain pour eux est reconnue par le Congrès Américain et plusieurs de ses agences. En novembre 1966, l’Agence de Protection Environnementale des USA (EPA) annoncait pour la première fois que les enfants seraient considérés dans les nouvelles normes et procédures de l’Agence. En avril 1997, le Président Bill Clinton signa un ordre (no 13045) concernant un environnement sain pour les enfants. Les Agences fédérales américaines sur la Santé et La Sécurité doivent maintenant tenir compte de la Santé des enfants dans leurs normes et procédures

Les médecins insistent d’abord sur le fait que le dépistage des produits toxiques et le retrait des enfants à l’exposition de ces produits dans leur maison et à l’école est indispensable pour prévenir et guérir ces maladies. Ces médecins, scientifiques, et agences gouvernementales sont tous sensibilisés aux conséquences sur la santé des enfants exposés aux produits toxiques et chimiques. Cela ne vous concerne-t-il pas, vous aussi ?


NOS ENFANTS SONT LES COWBOYS D’UNE EXPÉRIENCE DANGEREUSE

Selon Hebert L. Needleman, M.D. et Philip J. Landrigan, M.D. dans leur livre Raising Children Toxic Free (Élever les enfants dans un milieu non toxique),  » Depuis 1950, au moins 70,000 nouveaux composés chimiques ont été inventés et dispersés dans notre environnement, introduits dans des nouveaux produits de consommation, des produits industriels et de la nouriture. Seulement une fraction de ces composés ont été vérifiés à savoir s’ils étaient toxiques pour les humains. Nous sommes les maîtres d’oeuvre, par défaut, d’une énorme clinique d’essais toxicologiques. Nos enfants et leurs enfants en sont les animaux d’expérimentation. »

Je ne crois pas que vous accepteriez de confier vos enfants à un laboratoire comme sujets expérimentaux pour la vérification de composantes chimiques et toxiques. C’est exactement ce qui se passe aujourd’hui lorsque nous achetons des produits d’entretien pour la maison qui contiennent des élements chimiques ou toxiques.

VOTRE MAISON EST LA SOURCE NO 1
D’ÉLÉMENTS CHIMIQUES TOXIQUES

C’est parce que nous passons 80% à 90% de notre temps à l’intérieur, et la plupart du temps dans nos maisons, que nous sommes ainsi exposés aux éléments chimiques toxiques. C’est particulièrement vrai pour les petits enfants et les personnes agées qui sortent moins souvent à l’extérieur.

Pourquoi nos maisons sont-elles si toxiques ? Au cours des 20 dernières annnées – la même période au cours de laquelle les maladies infantiles ont augmentées — il y a eu une augmentation alarmante d’éléments chimiques et toxiques dans les produits d’entretien ménager. De plus, nous avons rendu nos maisons hermétiques pour économiser de l’énergie. L’isolation et le calfeutrage de nos maisons sont excellents pour retenir l’air chaud ou l’air climatisé à l’intérieur. Cependant, ce manque de circulation de l’air vers l’extérieur constitue un piège pour l’air chimiquement pollué de nos maisons, d’où une plus grande concentration de pollution à l’intérieur qu’à l’extérieur. Selon une étude de l’Agence de Protection Environnemental (EPA), dans les régions urbaines, là où la pollution industrielle est forte, la concentration des toxines chimiques serait plus forte à l’intérieur qu’à l’extérieur des foyers. Dans certains cas, elle serait 10, 20, 30 ou même jusqu’à 70 fois plus forte.

En 1987, l’Agence de Protection Environnemental (EPA) entreprit l’ambitieux programme d’identifier les principaux problèmes environnementaux et de les comparer selon la gravité de leur situation. L’idée était que, même avec des ressources limitées, l’Agence devait concentrer ses recherches sur ces polluants qui constituent le plus grand risque de dommage à la société. Les pires risques se trouvent à l’intérieur des maisons et concernent surtout l’exposition aux vapeurs des produits d’entretien et de nettoyage.

Dans une autre étude d’une durée de 15 ans, on a trouvé que les femmes qui travaillent à la maison risquent d’avoir le cancer dans une proportion de 54% plus forte que les femmes travaillant dans un autre environnement.

L’étude conclua que l’augmentation des décès dûs au cancer dépend de l’exposition quotidienne aux vapeurs chimiques provenant des produits d’entretien ménager. De plus, les enfants exposés aux vapeurs de ces mêmes produits ménagers ont un plus grand risque d’être malades.

COMMENT JE ME SUIS INTÉRESSÉE À LA QUALITÉ DE L’AIR
DANS NOS MAISONS

En 1978, je souffrais de malaises au point d’en devenir handicapée. J’étais souvent déprimée, je mangeais jusqu’à me défoncer, je pleurais sans raison, je faiblissais sous la douche, je ne dormais pas la nuit et j’avais de la difficulté à m’éveiller le matin. J’étais toujours fatiguée et j’avais souvent mal à la tête.

Heureusement, j’ai rencontré un bon médecin qui identifia mon problème comme un affaiblissement de mon système immunitaire, résultat d’une exposition aux vapeurs toxiques des produits ménagers de mon foyer. Ce problème est maintenant connu sous le nom d’allergie aux produits chimiques. Je me souviens de mon incrédubilité, lorsque j’ai entendu cela pour la première fois.  »Il n’y a aucun produit toxique dans ma maison », dis-je,  »je suis un professeur de piano ! Qu’est-ce qu’il y a de toxique dans ma maison ? » Les produits que j’utilisais me semblaient sûrs, car ils sont en vente dans tous les magasins.

Alors, comme le seul moyen pour moi de réduire mes souffrances était de réduire mon exposition aux produits toxiques, je commençai à identifier chez moi ces produits.


J’ai découvert que j’étais moins fatiguée depuis que j’avais cessé d’utiliser les produits ménagers achetés dans les super-marchés. Mes maux de tête ont cessé lorsque j’ai arrêté de me parfumer. Ces succès m’ont encouragée à continuer à éliminer les autres produits toxiques dans ma maison, jusqu’à ce que je retrouve la santé.

J’ai alors réalisé que je pouvais retrouver ma santé en éliminant de chez moi tous les produits d’entretien ménager toxiques. C’est alors que j’ai commencé à écrire et à parler du sujet, à aviser les gens de ce danger et à laisser savoir à tout le monde qu’en utilisant des produits d’entretien ménager non-toxiques, nous pouvons prévenir plusieurs maladies et possiblement la mort.

Vous n’êtes sûrement pas sensibilisés aux risques potentiels qu’impliquent l’utilisation de la plupart des produits d’entretien ménager dans nos maisons, des produits de maquillage et d’entretien du corps. Je ne suis ni une chimiste, ni un médecin, seulement une femme à la maison et une consommatrice comme vous. Depuis environ 20 ans, je fais des recherches sur ce sujet et j’ai écrit au moins une demi-douzaine de livres sur les produits toxiques dans nos maisons. Je veux simplement que vous sachiez qu’aucun de nous, surtout pas les enfants, n’a besoin d’être malade à cause des produits toxiques dans nos maisons.

Peut-être ces informations sur les produits toxiques et la santé des enfants vous dérangent et vous choquent. Alors considérez-vous comme un parent responsable. C’est choquant et dérangeant de savoir que ces produits peuvent empoisonner nos enfants, les rendre malades et même les faire mourir, et qu’ils sont en vente libre dans tous les magasins. Je vous donne seulement l’information pour vous aider à prendre les bonnes décisions afin de protéger votre santé et celle de vos enfants.


LES BONNES NOUVELLES

Heureusement, pour chaque produit d’entretien ménager toxique, il existe une alternative sécuritaire. Il y a plusieurs compagnies consciencieuses qui offrent des produits d’entretien sécuritaires et fabriqués à base d’éléments naturels. Ils sont souvent plus efficaces et plus économiques que les produits en vente libre dans les super-marchés. Alors nous n’avons plus aucune raison de risquer davantage la santé et la vie de nos enfants.

http://www.bio-magazine.com/wp-content/uploads/2010/03/environnement1.jpg

Source:http://www.ns.ec.gc.ca/community/cap_where_can_i_find_pesticides/resource_f.html

Les Produits Chimique et Toxique… Saviez-vous que…?

Produits Chimique et Toxique… Saviez-vous que…?

Les Produits Chimique et Toxique… Saviez-vous que…? 

La maison moyenne aujourd’hui renferme 62 produits chimiques toxiques – plus que ce que contenait un laboratoire au début du siècle.

Selon l’Agence de protection de l’environnement américaine – il y a plus de 150 substances toxiques dans nos maisons qui sont plus que probable de causer le cancer par un facteur de trois plus que tout autre facteur.

Les Produits Chimique et Toxique Saviez-vous que...?

Les Produits Chimique

Plusieurs scientifiques et docteurs découvrent qu’il y a une connexion entre notre usage augmentant de produits d’entretien chimiques et l’augmentation de l’incidence de maladies chroniques chez les enfants telles que le cancer, l’asthme, le déficit de l’attention, les malformations congénitales et toute une panoplie d’autres problèmes.

Plus de 72,000 ingrédients chimiques de synthèse ont été produit depuis la deuxième guerre mondiale.

Moins de 2% des ingrédients chimiques de synthèse ont été testés pour leur toxicité, leurs effets mutagènes, carcinogènes et pour les malformations congénitales.

La majorité des ingrédients chimiques n’ont jamais été testé pour leurs effets à long terme.

Un sondage de l’Agence de protection environnementale américaine a conclu que l’air intérieur était pollué de 3 à 70 fois plus que l’air extérieur.

Une autre étude par l’Agence de protection environnementale américaine a démontré que les ingrédients chimiques toxiques dans les produits d’entretien domestique sont 3 fois plus sujets à causer le cancer que l’air extérieur.

La SCHL rapporte que les maisons aujourd’hui sont tellement efficaces énergétiquement que les gaz qui s’échappent des produits chimiques n’ont nulle part à aller, alors ils s’accumulent à l’intérieur des maison.

Les Produits Chimique

Les Produits Chimique

Nous passons 90% de notre temps à l’intérieur, et 65% de notre temps à la maison. Les mamans, les enfants et les gens âgés passent 90% de leur temps à la maison.

L’Institut National du Cancer a publié une étude qui s’est étalée sur 15 ans concluant que les femmes qui travaillent à la maison ont un risque plus élevé de 54% de développer un cancer que les femmes qui travaillent à l’extérieur de la maison. Le taux de cancer a presque doublé depuis 1960. Le cancer est la cause numéro UN des décès chez les enfants.

Il y a eu une augmentation de 26% des cancers du sein depuis 1982. Le cancer du sein est le tueur numéro UN chez les femmes de 35 à 54 ans. Les principaux suspects sont les détergents à lessive, les nettoyeurs domestiques et les pesticides. Il y a eu un appel de la Commission Canada/US pour bannir l’eau de javel (le chlore) de l’Amérique du Nord. L’eau de javel (chlore) est relié à l’augmentation du taux de cancer du sein chez les femmes, les problèmes de reproduction chez les hommes et les problèmes d’apprentissage et de comportement chez les enfants.

 

Les ingrédients chimiques entrent dans notre corps par inhalation, par ingestion et par absorption par la peau. Même toucher une surface où l’ingrédient chimique y a été laissé des jours ou des mois avant peut être absorbé dans notre corps

Nous respirons de 10 à 20,000 litres d’air par jour, la plupart des détergents à vaisselle comprennent du naphta, qui est un dépresseur du système nerveux central; du diethanolsamine, un poison possible du foie; et du chlorophénylphénol, un stimulant du métabolisme qui est considéré toxique.

Les Produits Chimique

Les Produits Chimique

Il y a plus de 3 million d’empoisonnements par année en Amérique du Nord (58,000 au Québec seulement en 1998). Les produits d’entretien ménager sont la cause numéro UN d’empoisonnement chez les enfants.

 

Depuis 1980, l’asthme a augmenté de 600%. L’Association pulmonaire canadienne et la Société d’Asthme du Canada ont identifié les produits d’entretien ménager et les cosmétiques comme déclencheurs.

Le déficit de l’attention et le déficit de l’attention avec hyperactivité chez les enfants d’âge scolaire sont devenus une épidémie aujourd’hui. Les problèmes de comportement ont été liés depuis longtemps à l’exposition aux produits chimiques toxiques et aux moisissures. L’usage du Ritalin a monté en flèche depuis 1990.

La sensibilité à l’environnement et aux produits chimiques sont reconnus comme cause de toute sorte de maux de tête.

Les lois étiquetage des produits ne protègent pas le consommateur – elles protègent les grosses entreprises.

Le Centre anti-poison de New York a rapporté que 85% des étiquettes de mise en garde étaient soit inadéquates ou incorrectes pour identifier un poison et pour les instructions de premiers soins.

Les formaldéhydes, les phénols, le benzène, le toluène et le xylène se retrouvent dans les nettoyeurs domestiques, les cosmétiques, les breuvages, les tissus et dans la fumée de cigarette; ces ingrédients chimiques causent des cancers et sont toxiques au système immunitaire.

Les produits chimiques sont attirés par, et conservés dans les tissus adipeux. Le cerveau est une cible de premier choix pour ces chimiques destructeurs à cause de son haut contenu en gras et de l’apport de flux sanguin important.

L’Institut national de santé et de sécurité éducationnelle a trouvé que plus de 2,500 ingrédients chimiques dans les cosmétiques sont toxiques, causent des tumeurs, des complications de reproduction, des mutations biologiques et des irritations de la peau et des yeux.

http://www.fauteuilsmassants.fr/relaxation-fauteuils-massage/fibromyalgie-massage.jpgLes effets secondaires de l’exposition aux produits chimiques peuvent contribuer à la fibromyalgie, au syndrome de la fatigue chronique, à l’arthrite, au lupus, à la sclérose en plaques, à des désordres circulatoires, à l’Alzheimer, à la maladie de Parkinson, au syndrome du colon irritable, à la dépression et à des dé balancements hormonaux. Les pesticides doivent inclure les ingrédients actifs sur les étiquettes, même si les ingrédients inertes (inactifs) peuvent compter pour 99%, dont plusieurs sont toxiques et poisons.

La plupart des rafraîchisseurs d’air interfèrent avec notre habileté à respirer en couvrant nos passages nasaux avec un film huileux, ou en relâchant un agent qui engourdi les nerfs olfactifs. Des ingrédients chimiques reconnus comme toxique se retrouvent dans les rafraîchisseurs d’air.

Nos maisons devraient avoir un changement d’air complet 3 ou 4 fois par jour. Les nouvelles maisons sont bâties tellement hermétiques qu’il est impossible d’avoir un changement d’air complet. Nous devrions laisser une fenêtre ouverte à chaque bout de la maison pour avoir une meilleure ventilation.

Juste en Alberta, les statistiques d’empoisonnements accidentels étaient tels que ce qui suit: Entre l’âge de: 0 – 4 ans – 11,515 empoisonnements

5 – 10 ans – 1,525 empoisonnements 11 – 19 ans – 1,019 empoisonnements

20 et plus – 7,799 empoisonnements

http://static.cyberfanny.com/decoration/local/cache-gd2/d6d1aeb88cf0d3426c9b9ec73056d228.jpgL’eau de javel est fortement corrosive. Elle irrite ou brûle la peau, les yeux et les
voies respiratoires. Elle peut causer un œdème pulmonaire ou des vomissements et le coma si ingérée.

Si vous mélangez de l’eau de javel (chlore) avec de l’ammoniaque, les vapeurs de chlora mine qui se forment peuvent causer une hémorragie cérébrale MORTELLE.

La plupart des détergents sur nos tablettes pour laver le linge contiennent de la lessive et c’est le pollueur numéro 1 de nos rivières, de nos lacs, de nos sources et de nos océans. C’est aussi un cancérigène.

Selon le Conseil National de Recherches des États-Unis, aucune information sur les effets toxiques est disponible pour plus des 70% des 48,500 ingrédients chimiques de synthèse sur la liste de l’Agence de protection de l’environnement. Moins de un dixième de ces produits chimiques a été testé pour leurs effets chroniques, mutagènes et sur les organes de reproduction.

Quand un phénol touche votre peau, il peut causer des enflures, brûler, peler et faire de l’urticaire. Peut aussi causer des sueurs froides, des convulsions, une dépression du système circulatoire, le coma et même la mort.

La plupart des polis à meubles contiennent des distillats de pétrole. Hautement inflammables, ils peuvent causer le cancer de la peau et des poumons. Ils contiennent aussi des phénols (voir rafraîchisseurs d’air et phénols) et de la nitrobenzène: qui est facilement absorbée à travers la peau et extrêmement toxique.

Le shampoing pour les poux est un pesticide et les enfants sont spécialement vulnérables. Ils contiennent du Linda ne et l’inhalation, l’ingestion ou l’absorption par la peau produisent des vomissements, de la diarrhée, des convulsions et un collapsus du système circulatoire. Ils peuvent aussi causer des dommages au foie, des malformations congénitales, des morts-nés et le cancer.

La fertilité chez les femmes a aussi été affectée négativement par l’augmentation de l’usage de produits chimiques. En 1934 seulement 21 cas Endométriose existaient dans le monde entier. Aujourd’hui plus de 5 millions de femmes aux États-Unis seulement ont cette condition qui cause l’infertilité.

“La pollution de l’air intérieur est soupçonnée d’être le responsable principal dans le syndrome de mort soudaine chez les nouveaux-nés, celui-ci prend environ 5,000 vies par année aux États-Unis. L’incidence de ce syndrome est plus haut en hiver, sans doute à cause de la ventilation amoindrie durant les mois froids qui emprisonne l’air à l’intérieur, où les contaminants deviennent concentrés. Ce n’est pas une coïncidence que ce syndrome ait été reconnu après l’introduction de produits chimiques de synthèse.” selon Nancy Green Sokol, l’auteure de “Poisoning our Children” (Noble Press, 1991)



L’ONU Publie un Premier Bilan de la BIOSPHÈRE

L’ONU Publie un Premier Bilan de la BIOSPHÈRE


L’ONU Publie un Premier Bilan

Les grands écosystèmes n’en peuvent plus L’ONU publie un premier bilan de la biosphère

Francoeur, Louis-Gilles

La planète Terre a franchi le seuil de la viabilité, selon une étude lancée par l’ONU dans le cadre des activités du Millénaire, car plus de 60 % des écosystèmes dont dépend notre espèce, comme l’eau potable et les pêcheries, ainsi que les contrôles de la qualité de l’air, de l’eau, des climats régionaux et des parasites se sont détériorés au point de dépasser le seuil de la viabilité.

L’étude qui sera divulguée ce matin par le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE), intitulée Rapport synthèse du Millénaire sur l’évaluation des écosystèmes, a été réalisée par 1300 experts de 95 pays grâce aux fonds environnementaux de l’ONU et de fondations privées notamment.

Elle en vient à la conclusion que la lutte contre la pauvreté, l’objectif central de la réunion politique du Millénaire, est désormais compromise par la détérioration des grands écosystèmes dont dépend la vie sur la Terre. La synthèse générale, qui sera publiée aujourd’hui à Genève et qui sera accessible sur Internet (www.millenniumassessment.org), sera suivie par la publication en trois étapes de la quinzaine d’analyses sur lesquelles elle se fonde. Ce bilan de l’état de la planète est le premier produit par les services onusiens depuis le rapport de la commission Brundtland publié en 1987, lequel avait donné lieu au Sommet de Rio.

Selon la synthèse produite par cette étude et les réserves faites par les chercheurs quant à la validité de leurs conclusions, 15 des 24 grands écosystèmes de la planète subissent actuellement des stress tels qu’ils sont susceptibles d’affecter sérieusement les humains. Ces changements en cours incluent l’expansion de nouvelles maladies et de parasites, des changements importants dans la disponibilité et la qualité de l’eau, la multiplication des zones côtières et marines «mortes», un déclin majeur des pêcheries et des changements importants dans les climats de différentes régions.

Quatre grands constats s’imposent, selon l’étude onusienne.

– Les humains ont modifié les écosystèmes davantage en 50 ans qu’à toute autre période de l’histoire en raison de la croissance des besoins alimentaires et des besoins en eau potable, en bois, en fibres et en combustibles. Depuis 60 ans, plus de terres et d’écosystèmes naturels ont été transformés en champs agricoles qu’au cours des XVIIIe et XIXe siècle réunis. Plus de la moitié de tous les engrais azotés synthétiques produits depuis 1913 ont été épandus dans les champs depuis 1985, soit depuis 20 ans. À cause de la destruction des habitats naturels qu’impose cette agriculture, de l’assèchement irresponsable des milieux humides et de la pollution, 12 % des oiseaux, 25 % des mammifères et au moins 32 % des amphibiens sont menacés de disparition au cours du prochain siècle, soit une multiplication par environ 1000 du rythme d’extinction historique.

– Les gains réalisés par les humains pour satisfaire leurs besoins et trop souvent leur appétit de luxe ont été réalisés aux dépens de ressources vitales pour des millions de vivants d’aujourd’hui et ceux des prochaines générations. Quatre ressources vivantes se sont néanmoins améliorées depuis 50 ans: les récoltes, le bétail et la production aquicole ainsi que la séquestration de carbone. Mais, en contrepartie, deux grands «services naturels», soit les pêcheries et l’eau douce, ont franchi le seuil de l’exploitation insoutenable, ce qui fait que des sociétés vivent en rognant présentement le capital de la prochaine génération, comme les nappes souterraines.

– Les écosystèmes les plus critiques pour les humains semblent en voie de se détériorer au point de compromettre la lutte contre la pauvreté et l’indigence, adoptée comme objectif central du nouveau siècle par la communauté internationale en l’an 2000. Par exemple, la déforestation accroît les ravages de la malaria et du choléra en favorisant la dissémination d’agents pathogènes dans l’environnement.

– Le renversement de ces tendances exigera une modification radicale des politiques et des pratiques d’exploitation, des changements dont la plupart ne sont même pas encore en chantier. Mais plusieurs bénéfices peuvent résulter d’un même changement: une politique de reforestation intensive va, par exemple, favoriser autant la faune, les réserves d’eau potable que le captage des gaz à effet de serre.

Mais les humains n’en sont pas là pour l’instant.

Leur ponction dans les réserves d’eau ont doublé depuis 1960 pour satisfaire leurs besoins d’irrigation, leurs besoins domestiques et industriels. Ils utilisent présentement entre 40 % et 50 % des eaux naturelles accessibles. Mais, dans certaines régions, comme au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, on utilise plutôt 120 % des résurgences naturelles, ce qui se traduit par un abaissement prononcé des nappes souterraines, un drame que subit aussi le sud des États-Unis. L’artificialisation des écosystèmes aquatiques en a pris aussi un coup dantesque: de 1960 à 2000, la quantité d’eau stockée derrière les barrages qui coupent les migrations aux espèces vivantes s’est élevée à un volume représentant de trois à six fois l’équivalent du volume total des cours d’eau (lacs exclus). En certains endroits, les ponctions sont si extrêmes que l’eau de fleuves comme le Colorado, le Nil et le Jaune, en Chine, n’atteint plus la mer!

Le quart de la surface du globe aurait jusqu’à aujourd’hui été artificialisée pour les fins de l’agriculture, selon le rapport de l’ONU. L’activité humaine engendre maintenant plus de produits azotés que tous les processus naturels réunis, et plus de la moitié de tout l’azote industriel a été produit et utilisé depuis 20 ans. Le résultat: l’apport d’azote dans les océans a doublé depuis 1860.

Par ailleurs, depuis 1980, 35 % des mangroves ont disparu, 20 % des récifs coralliens ont été détruits et une autre tranche de 20 % est menacée. La
surexploitation des ressources marines fait en sorte que les humains grugent désormais le capital plutôt que les intérêts annuels du quart de tous les stocks de poissons. Néanmoins, les volumes de prises continuent d’augmenter en raison de l’évolution des techniques utilisées, ce qui accentue le déclin d’espèces autrefois abondantes comme la morue. Mais, conclut ce bilan sombre de la planète, «le changement qui recèle le plus grand potentiel de perturbation de l’infrastructure terrestre est cette expérience chimique que les humains poursuivent dans leur atmosphère depuis un siècle et demi» par l’émission inconsidérée de gaz à effet de serre. Il en résultera un changement climatique dont l’ampleur est inégalée depuis 10 000 ans, affirme le rapport onusien, et cela dans un laps de temps si bref qu’un grand nombre d’espèces ne pourront pas s’y adapter.

Que faire alors?

Intégrer les coûts environnementaux dans le prix des biens et services, réduire le productivisme agricole, intégrer dans les mécanismes du marché une approche coût-bénéfices qui inclura les émissions de gaz à effet de serre et les rejets d’azote, introduire la protection des écosystèmes dans la totalité des politiques et des programmes gouvernementaux, inventer une agriculture moins dommageable pour les écosystèmes, restaurer les écosystèmes endommagés et passer massivement aux économies d’énergie et aux énergies douces.

Source

SANTÉ CANCER ASTHME ALLERGIES DIABETE INFERTILITÉ MALADIE

SANTÉ CANCER ASTHME ALLERGIES DIABETE INFERTILITÉ MALADIE

SANTÉ CANCER ASTHME ALLERGIES DIABETE INFERTILITÉ MALADIE

SANTÉ CANCER ASTHME

SANTÉ CANCER ASTHME


SANTÉ CANCER ASTHME Ces Poisons au Quotidien

Référence
Journal de Montréal

Fabrice De Pierrebourg

SANTÉ CANCER ASTHME Ce n’est pas la pollution industrielle qui menace le plus notre santé, mais les «poisons» cachés dans notre milieu de vie, avertit le chercheur André Cicolella.

Cancers, asthme, allergies, diabète, infertilité, malformations… Autant de problèmes de santé qui connaissent une croissance fulgurante dans la population.

Or, c’est dans notre cuisine ou dans notre salle de bain qu’il faudrait en chercher la cause et non plus à l’extérieur, affirme le chercheur en santé environnementale.

Comme une éponge

Au banc des accusés, tous ces produits du quotidien censés nous faciliter la vie ou même nous soigner (voir tableau) : crèmes solaires, savons, peintures, désodorisants, etc., fabriqués à partir des 10 000 substances chimiques existantes. Sans oublier les risques liés aux celullaires.

Et comme notre corps est une éponge, ces produits s’y accumulent à travers la peau, en les respirant, en les mangeant…

«Les gouvernements sont trop tolérants face à l’industrie chimique, déplore-t-il. Pourtant, cette pollution chimique généralisée a un coût pour la société. On se lamente sur l’évolution des cancers, mais on ne veut surtout pas chercher d’où ça vient.»

Malheur aussi aux scientifiques qui partent en guerre contre ces «poisons».

En 1994, M. Cicolella a lui-même été viré de son emploi dans un organisme français lorsqu’il a voulu organiser un colloque sur les dangers de l’éther de glycol, un solvant présent, entre autres, dans les peintures et produits pharmaceutiques.

Marginalisation

Pire encore, l’industrie aurait ensuite tenté de le discréditer, le marginaliser, avec la complicité d’autres scientifiques. Certains auraient sorti, comme par hasard déplore-t-il, des études prouvant le contraire.

«Ils ont été manipulés. […] Il y a un problème de déontologie chez les chercheurs.» Et de prendre aussi l’exemple d’études démontrant l’absence d’effet négatif de l’aspartam, «toutes financées par l’industrie».

Dix ans plus tard, il obtient sa revanche en faisant retirer du marché français un médicament anti-acnée à base d’éther de glycol. Malgré des menaces de procès…

400 millions de tonnes de plus de 80 000 composés chimiques différents sont produits annuellement. Parmi eux, plus de 70 polluants organiques persistants suspectés de perturber le système hormonal.

André Cicolella donnera une conférence aujourd’hui, à 19 h, au Salon national de l’environnement, dans le Vieux-Port.

 

André Cicolella cible plusieurs dangers qui nous guettent

  • Ethers de glycol
    Utilisation : peintures, vernis, cosmétiques, produits pharmaceutiques…
    Risques : perturbateur endocrinien (affecte développement, croissance et reproduction). Toxique pour le développement de l’embryon.
  • Parabène (conservateur)
    Utilisation : cosmétiques, savons, shampoings, déodorants…
    Risques : perturbateur endocrinien, cancérogène…
  • Phtalates (solvant)
    Utilisation : revêtements de sols et de murs, vêtements, jouets, produits ménagers, cosmétiques…
    Risques : perturbateur endocrinien. Cancérogène chez l’animal.
  • Cellulaires et antennes-relais
    Risques : augmentation de cancers du cerveau et de l’oeil. La proximité d’antennes de compagnies de cellulaires engendrerait des troubles du sommeil. En France, deux cas d’enfants d’écoles proches de la même antenne atteints d’un cancer du cerveau.
  • Et aussi les pesticides, le tabagisme passif, l’aspartam, les bâtonnets d’encens, etc.

Source…

IMPACT NÉGATIF des SUBSTANCES CHIMIQUES sur la REPRODUCTION HUMAINE

IMPACT NÉGATIF des SUBSTANCES CHIMIQUES sur la REPRODUCTION Humaine

IMPACT NÉGATIF des SUBSTANCES CHIMIQUES

IMPACT NÉGATIF des SUBSTANCES CHIMIQUES  ont un impact négatif sur la reproduction humaine, selon un rapport de l’association GreenPeace international qui met en garde contre l’augmentation des cas de stérilité et les anomalies génitales dans les pays industrialisés.

Le document, Attention fragile : reproduction et exposition chimique, fait l’inventaire de nombreuses études scientifiques parues ces dernières années, précise mardi Greenpeace dans un communiqué.

Les auteurs notent qu’en 50 ans, les analyses de sperme révèlent une diminution de 50 % du nombre de spermatozoïdes actifs. Toujours selon le rapport, depuis 1960, le nombre de couples stériles a plus que doublé dans les pays industrialisés (de 7 à 8 % en 1960 à 15-20 % aujourd’hui).

La tendance est particulièrement marquée dans certaines zones rurales aux États-Unis et au Canada, ainsi qu’en Suède, Allemagne, Norvège, Japon, Pays-Bas, Danemark et en Amérique Latine.

En outre, selon l’étude, le ratio de natalité filles/garçons, traditionnellement favorable aux garçons, s’est inversé. Le cancer des testicules s’est développé.

Anomalies

Au nombre des anomalies, les auteurs signalent encore la précocité accrue de la puberté chez les femmes ou chez des immigrantes d’Asie et d’Amérique latine; le développement de l’endométriose (prolifération de la muqueuse tapissant la cavité utérine dans des endroits anormaux) chez les femmes observé aux États-Unis (1 sur 10 affectée, entraînant 100 000 hystérectomies par an).

«Les causes exactes de l’augmentation de ces troubles de la reproduction sont encore méconnues», indique le rapport qui remarque toutefois que ce phénomène se développe parallèlement à l’essor de la production et de l’utilisation de certaines substances chimiques.

Au nombre des coupables, l’organisation cite les kylphénols et apparentés (dans les nettoyants, certains produits de soin du corps..); les phtalates (plastifiants, dans les solvants et fixateurs de certains cosmétiques); les composés organo étains (agrochimie, catalyseurs); le bisphénol-A et ses dérivés (production de plastique pour biberons, CD, pare-brises), les muscs artificiels (mélanges de fragrances pour détergents, tissus, après-shampoing et certains cosmétiques parfumés)…

Lire plus

Laissez la Nature nourrir et guérir votre corps.

Monique Toubeix